Décès de Nelson Freire, géant du piano

Le pianiste brésilien Nelson Freire, l'un des plus reconnus au monde, est décédé lundi matin à l'âge de 77 ans.

piano Nelson Freire Brésil virtuose décès
© BelgaImage

« Nous sommes extrêmement peinés (…) de la mort du légendaire Nelson Freire », a écrit  sa maison de disques, Decca Classics, dans un Tweet. « C’était un pianiste et un musicien exceptionnellement doué, l’un des plus subtils interprètes, à la fois en concert et en studio. Il laisse en héritage de nombreux enregistrements. Qu’il puisse reposer en paix », poursuit Decca. La cause de la disparition de ce grand interprète de Chopin n’a pas été précisée par son agente, citée par la presse brésilienne.

Extrêmement précoce, Nelson Freire avait commencé à jouer dès l’âge de 3 ans et à donner des récitals à 5 ans. Le virtuose était né le 18 octobre 1944 dans le Minas Gerais, un État du sud-est du Brésil. Il a très jeune suivi une carrière internationale qui lui a permis d’être reconnu comme l’un des pianistes majeurs de son époque, notamment dans le répertoire romantique, et lui a valu de nombreux prix.

Le plus grand pianiste brésilien a été particulièrement célébré pour son aisance et élégance techniques et le brio de ses interprétations de Chopin, mais aussi de Schumann, Liszt ou Brahms. Il a joué avec le Philharmonique de Berlin, l’Orchestre symphonique de Londres, l’orchestre symphonique de Vienne et sous la direction de Pierre Boulez, Lorin Maazel, Kurt Masur ou encore André Prévin.

« C’est l’un des pianistes les plus enthousiasmants de tous les temps », avait écrit la revue américaine Time, après son premier concert à New York. Il était très lié à la célèbre pianiste argentine Martha Argerich, avec laquelle il a donné un grand nombre de concerts.

Mauvaise chute

Faisant une mauvaise chute à Rio de Janeiro à la fin 2019, Nelson Freire s’était fracturé le bras droit et avait dû subir une intervention chirurgicale à l’épaule.  Il ne s’en est jamais vraiment remis et aurait été en dépression, selon les témoignages de certains de ses amis cités par la presse. Le pianiste, qui demeurait à Joatinga, une zone balnéaire proche de Barra de Tijuca, dans l’ouest de Rio, n’a plus rejoué du piano depuis.

Il devait se produire en public de nouveau l’an dernier, mais les représentations ont été annulées en raison de l’épidémie de coronavirus. Le ministère brésilien des Affaires étrangères — le ministère de la Culture ayant été supprimé par le président d’extrême droite Jair Bolsonaro — a regretté la mort de « l’un des plus grands musiciens brésiliens de tous les temps ».

De nombreux hommages ont afflué sur les réseaux sociaux après sa disparition. Le violoniste français Renaud Capuçon exprimait ainsi sur Twitter son « immense tristesse » après la mort de ce « poète du piano », cet « être exquis ». Le Théâtre municipal de Rio de Janeiro a confirmé à l’AFP que le cercueil de Nelson Freire y serait exposé mardi après-midi pour une veillée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité