Stromae, Adele, Coldplay… pourquoi tant de sorties en même temps?

Il y a aujourd’hui une sortie sur Spotify toutes les 1,4 secondes, et la suroffre musicale est loin d’être anodine pour les artistes qui se livrent une bataille acharnée.

Stromae, Adele, Coldplay… pourquoi tant de sorties en même temps?
Coldplay célébrant la sortie de son album, accompagné d’Ed Sheeran à Londres le 13 octobre 2021 @BelgaImage

Ce vendredi, ce ne sont pas les sorties musicales marquantes qui ont manqué. Adele a notamment pulvérisé le record du nombre d’écoutes sur Spotify en 24 heures avec son nouveau single «Easy On Me»: 20 millions de streams, loin devant le précédent record établi par «Butter» de BTS (11 millions en mai dernier). Chez nous, le retour de Stromae avec «Santé» a fait un carton, au point de passer devant la diva britannique dans le classement journalier de Spotify en France et en Belgique. Ajoutons à cela la sortie du nouvel album de Coldplay, «Music of the Spheres», et les mélomanes sont aux anges. Dans d’autres pays, c’était la même chanson ce vendredi, que ce soit en Italie avec l’ultra-populaire chanteur Sfera Ebbasta et son single «Uhlala», en Allemagne avec le rappeur Gzuz et son titre «Späti», etc.

Cela pourrait sembler être une coïncidence mais en fait, c’est loin d’être le cas. Alors qu’en 2019, il y avait 40.000 sorties musicales par jour sur Spotify, on en compte aujourd’hui 60.000, soit une sortie toutes les 1,4 secondes! Plusieurs raisons expliquent cet embouteillage qui promet exacerber la compétition entre artistes.

Après le Covid, la guerre musicale

Si ce tsunami de sorties correspond à l’accalmie de la crise sanitaire, ce n’est pas pour rien. De mars 2020 jusqu’à cet été dernier, l’industrie musicale était paralysée par le Covid. Adieu concerts, festivals, spectacles, etc. Tout le monde était cloîtré chez soi, y compris les chanteurs dont certains ont eu le temps à penser à leurs prochaines productions. Évidemment, il y a eu des sorties pendant cette année de malheur, mais c’était risqué. Comment soutenir la sortie d’un disque s’il n’est pas possible de rencontrer son public? À moins d’être très actif et suivi sur les réseaux sociaux, il était facile de finir aux oubliettes et il valait parfois mieux aller en studio plutôt que de tenter le coup.

Aujourd’hui, c’est la libération! Si les artistes veulent e faire la promo de leurs disques dans les médias ou sur scène, ils peuvent le faire. Puis il ne faut pas oublier qu’une bonne partie de leurs revenus vient de leurs tournées. D’où cette avalanche de singles et d’albums en cette fin 2021.

La guerre des majors est également lancée, chacun ayant son chouchou. Universal va miser chez nous sur Stromae, alors que les mastodontes Sony et Warner soutiendront respectivement Adele et Ed Sheeran. Interrogé par la VRT, le directeur marketing d’Universal Music Group Belgium, Dirk Van Der Auwera, explique d’ailleurs que son label est prêt à sortir l’artillerie lourde: «Au cours d’une période d’automne typique, nous parlons d’environ 30 à 50 sorties par semaine. Il y en a maintenant beaucoup plus. L’afflux musical de la fin d’été diminue traditionnellement à partir de la mi-novembre, mais cette année cela se poursuivra jusqu’à la mi-décembre», autrement dit jusqu’à Noël.

Embouteillage en radio, en streaming et en salle

Tout cela n’est pas sans affecter le travail des radios, qui doivent se casser la tête pour établir leurs playlists, comme le confie à la VRT Luc Tirez, directeur musical de Radio 2. «Il y a quelques années, nous avions environ 70 sorties par semaine proposées pour être jouées sur Radio 2. Maintenant, pour la même période de l’année, on atteint facilement les 120 à 130. Nous devons donc de plus en plus décevoir les chanteurs (locaux)», admet-il.

Les artistes moins connus vont en effet avoir du mal à se faire une place au milieu de la mêlée. Ces prochaines semaines promettent encore d’être bien remplies. Le 22 octobre, il y aura par exemple la sortie de trois albums: «The Lockdown Sessions» d’Elton John, «Blue Banisters» de Lana Del Rey, et «The Shimmer» d’Oscar & The Wolf. Le 29 octobre, c’est le bulldozer Ed Sheeran qui débarquera avec son album «=». Et le 19 novembre, Adele arrivera déjà avec son propre disque, «30», à peine un mois après «Easy On Me».

Même en réussissant à s’imposer sur la radio et les réseaux sociaux, encore faut-il attirer du monde après, lors des concerts. Le planning des salles de spectacle et des festivals va être archi-rempli en 2022. Qui est-ce que le public va aller voir? Les fans vont-ils débourser des sous pour la scène indépendante, quand ils seront déjà pris par les gros concerts qui s’annoncent? La période qui arrive pourrait être très dure pour certains artistes, qui se plaignent déjà d’être mal rémunérés par les plateformes de streaming.

Sur le même sujet
Plus d'actualité