Des Beatles, des Beatles et des Beatles

Réédition de l’album “Let It Be”, documentaire de Peter Jackson, confidences de Paul McCartney, livre de photos… Les Fab Four sont sur tous les fronts et c’est du solide.

Des Beatles, des Beatles et des Beatles

Cinquante et un ans après leur séparation, ils sont partout. Et si les fans ne qualifient pas “Let It Be” de “meilleur album des Beatles”, sa réédition à l’occasion de son 50e anniversaire est un événement attendu qui se décline sur plusieurs supports. Le soin et la richesse des reparutions de “The Beatles” (“The White Album”) en 2018 et d’“Abbey Road” en 2019 constituent un gage de confiance pour le Beatlemaniaque, rappelant que les archives du groupe semblent inépuisables.

L’album

Enregistré avant “Abbey Road”, mais sorti après (le 8 mai 1970), “Let It Be” est le douzième et dernier album des Beatles. Sa genèse a été chaotique. Au bord de l’implosion, les Beatles ont l’idée d’inviter une équipe de cinéma en studio pour suivre le “work in progress” de leur projet baptisé “Get Back”. L’idée d’un enregistrement 100 % live sera abandonnée, les caméras seront bannies après quelques répétitions, Lennon boudera les idées de Paul et engagera dans son dos le producteur américain Phil Spector. Quant au concert, il sera transformé en happening “historique” le 30 janvier 1969 sur le toit du bâtiment de leur label Apple Corps au 3, Savile Row à Londres. L’imposante réédition de “Let It Be” (5 CD + 1 Blu-ray) retrace cette épopée. On y retrouve l’album original dans une version remastérisée, mais aussi des prises inédites, ainsi que des chansons écartées (All Things Must Pass que Harrison gardera pour lui, Octopus Garden de Ringo Starr qui figurera sur “Abbey Road”).
Let It Be Special Edition (5 CD + 1 Blu-ray), The Beatles / Universal. Sortie le 15/10.

Le film

Peter Jackson (Le seigneur des anneaux, Le Hobbit) est un veinard. Il est le premier à avoir eu accès aux 60 heures de bobines tournées en 1969 par Michael Lindsay-Hogg. “Quand le film Let It Be est sorti en 1969 (il a été bloqué depuis par les Beatles – NDLR), je trouvais qu’il était triste et ne montrait qu’un groupe qui se désagrégeait, explique Paul McCartney. Il y a eu des disputes, certes, mais aussi des fous rires, des moments d’amitié et beaucoup de musicalité.” De cette matière, Jackson a tiré un film de six heures diffusé en exclusivité sur Disney+ en trois parties de deux heures les 25, 26 et 27 novembre. On y découvre pour la première fois dans son intégralité le concert donné sur le toit d’Apple Corps.
The Beatles: Get Back Réalisé par Peter Jackson – 360’., les 25, 26, 27/11 Disney+

Le documentaire

Des images en noir et blanc. Un décor sombre. Deux papys (81 ans et 59 ans) bavardent devant une console. Paul McCartney et son fan number one Rick Rubin (producteur des Beastie Boys et de Johnny Cash) ont choisi une forme minimaliste pour McCartney 1, 2, 3, documentaire où on en apprend beaucoup sur les secrets de fabrication des chansons des Beatles (et un peu des Wings). Même les incollables seront surpris des anecdotes de sir Paul lorsque Rick Rubin lui fait réécouter la ligne de basse de While My Guitar Gently Weeps, le piano de Let It Be ou la fanfare de Sgt. Pepper. Un face-à-face euphorique à voir absolument.
McCartney 1, 2, 3 (six épisodes de 30’) Disney+

Le livre

The Beatles: Get Back est le premier livre officiel des Beatles depuis le best-seller The Beatles Anthology. Enrichi de plus d’une centaine de clichés jamais publiés de Linda McCartney et d’Ethan A. Russell, seuls photographes autorisés lors des sessions de 1969, cet ouvrage raconte la création de “Let It Be” et du projet avorté du disque “Get Back”. Le point fort? L’édition française reprend la traduction de toutes les conversations des Beatles pendant les répétitions et permet de mieux comprendre leurs dissensions.
The Beatles: Get Back, Apple Corps/Seghers, 248 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité