Six bonnes raisons d’aller à LaSemo

Le festival durable et pluridisciplinaire commence demain. Un évènement hors du temps mais marqué par les enjeux de son époque.

Six bonnes raisons d’aller à LaSemo

L’an dernier, la victoire des Diables face au Brésil, diffusée sur grand écran le vendredi soir, avait participé à la douce euphorie qui avait plané durant trois jours à travers le parc d’Enghien. Cette année, pas de foot mais t’en va pas ! LaSemo, c’est beaucoup plus que le meilleur endroit de la Terre pour fêter une victoire en Coupe du monde.

Mêlant à sa conscience écologique un cadre enchanteur, une déco sublime, une ambiance familiale, des concerts enjailleurs (Charlie Winston, Saule, Oldelaf, Les Négresses vertes…), un cabaret déjanté et des espaces de jeux pour tous les âges, LaSemo fait son trou dans le paysage des festivals belges. On pourrait dégager des dizaines d’autres raisons de rallier Enghien à partir de demain. En voici six.

Non-fumeur

Depuis 2008, l’enjeu écologique fait figure de priorité. Résultat : le festival affiche un bilan carbone positif. Premier festival belge à utiliser des toilettes sèches et des gobelets réutilisables, LaSemo continue à la jouer avant-gardiste. Cette année, l’air sera dénué de toute fumée de cigarette, même électronique, sur la majeure partie du parc d’Enghien. Outre les trois fumoirs placés sur le site, seuls la Guinguette et les espaces de concerts de la scène du Château et de la Tour seront fumeurs. Les mégots récupérés seront ensuite recyclés.

Les conférences

Nouveauté de cette année, la série de conférences proposée tout au long du week-end explorera un large panel d’enjeux envahissant régulièrement l’actualité. Parmi les conférenciers les plus attendus, on peut pointer Adriana Costa Santos, co-présidente de la plateforme d’hébergement des réfugiés, Vincent Flibustier, tête pensante du site parodique d’information Nordpresse qui viendra discuter fake-news, ou encore Sang Hoon Degeimbre, célèbre cuisinier adepte de la gastronomie durable.

Les spectacles d’arts de rue

Trois jours durant, les arts de rue viendront ambiancer les allées du parc d’Enghien. Des fanfares reprenant les classiques de tous les mouvements musicaux (on se souvient d’un monstrueux Killing in the name l’an dernier) aux spectaculaires cracheurs de feu, les performances des artistes de rue bénéficieront de la place qu’elles méritent.

La balade musicale

Spécificité de LaSemo, la bucolique balade musicale qui prend place dans le bois entourant le Château. Une promenade pleine de découvertes pour les non-initiés à la musique classique et terriblement reposante. Tout le long du chemin entre les grands arbres du parc, les musiciens se suivent et se complètent, une flute au bec ou un violon à l’épaule.

Le parc d’Enghien

On l’a dit, l’endroit est féérique et le festival ne pourrait valoir rien que pour le parc d’Enghien. La créativité des équipes de décorations parvient encore à le sublimer, et les couleurs qui se dégagent une fois le soleil couché restent gravées dans la mémoire.

La zone zen

En cas de grosse fatigue, comme celle qu’impliquent les festivals d’habitude, la zone zen pourra accueillir ta sieste quotidienne ou satisfaire tes envies de yoga. Une véritable ode au repos qui comblera les flemmards comme les fêtards.

©LaSemo

Sur le même sujet
Plus d'actualité