Royal Blood : fête des paires

Le duo de Brighton impose son rock brut minimal sur un deuxième album enregistré à Bruxelles. 

Royal Blood : fête des paires

T-shirt noir, jeans noir, baskets fatiguées, casquette quelconque… Comme le soulignait fort justement un confrère des Inrockuptibles, Mike Kerr et Ben Tatcher ressemblent plus aux roadies d’un groupe célèbre qu’à des musiciens d’un groupe célèbre. Et pourtant… Derrière un look on ne peut plus conventionnel se cache le duo Royal Blood, proclamé à ses débuts comme “nouveau sauveur du rock”. Surgi de nulle part en 2014,  leur premier album sans  titre s’est hissé au sommet des charts dans plus de vingt pays, s’est vendu par containers entiers et leur a permis de tourner deux ans et demi dans le monde entier. “Le rêve rock ultime”, analysent-ils aujourd’hui. “Quand le disque est sorti, on a commencé à tourner en club. Un an plus tard, on jouait en tête d’affiche des plus gros festivals, Jimmy Page de Lez Zeppelin venait nous voir en concert à New York et les Foo Fighters nous invitaient dans leur loge.”
À l’heure du deuxième album “How Did We Get So Dark?”, Ben et Mike restent ce qu’ils ont toujours été. Deux copains originaires de Brighton unis par la passion de la musique. Ils font les choses simplement, vont à l’essentiel, profitent de l’instant présent et prônent une démarche “less is more”. “How Did We Get So Dark?” comprend dix morceaux et dure quarante minutes. Le duo guitare/batterie y imprime un son puissant, impose sa vision d’un rock brut réduit au minimum vital et défend son petit territoire, quelque part entre la fureur de Queens Of The Stone Age et les envolées épiques de Muse. Ecrit à Nashville et Los Angeles, le disque a été enregistré aux studios bruxellois ICP. “L’endroit parfait. Les propriétaires te font comprendre que ta liberté artistique n’a aucune limite.”
Élargissant sa palette de sons, Royal Blood s’invite sous la boule à facettes avec She’s Creeping, empile les riffs bien crasseux, introduit Hole In Your Heart par un orgue que n’auraient pas renié The Doors et s’offre un piano sur l’excellent Sleep. Pourtant, pas question pour eux d’ajouter un musicien. “Ben et moi, on se connaît depuis dix ans. Une chanson de Royal Blood ne vient pas de lui ou de moi. Elle vient de nous deux. On n’envisage pas de fonctionner autrement.” 

Le 30/6 à Rock Werchter (complet), le 11/11 à la Lotto Arena d’Anvers.

Sur le même sujet
Plus d'actualité