Coely, la fille de l’année

Boosté aux ondes positives, le premier album de l’Anversoise devrait être remboursé par la sécurité sociale. 

coely120c20jesse20willems205_2

Un soir glacial de février 2013, une jeune black au sourire éclatant chante en première partie du concert sold out de Kendrick Lamar à l’Ancienne Belgique. Aidée d’un DJ caché dans l’ombre, elle distille ses “bonnes vibes” sur fond de hip-hop old school, de soul version 2.1 et de salves reggae. L’assistance réagit au quart de tour. Bluffée, hypnotisée, subjuguée. Ce phénomène s’appelle Coely et ceux qui y étaient ne l’oublieront jamais.

C’était la première fois que je mettais les pieds dans cette salle. Mais rien ne me faisait peur, se souvient-elle aujourd’hui. Pour moi, c’était une prestation comme j’en avais déjà fait beaucoup devant mes copines. Dès qu’il y avait une fête scolaire ou un anniversaire, je m’installais sur le podium, je m’emparais du micro et j’envoyais du bon son. Elle est comme ça, Coely. Chaque fois qu’on l’a vue en concert, que ce soit en première partie de Kanye West, à Dour ou à l’Eurosonic, elle a tout explosé. Galvanisé par ses prestations, nous n’en pouvions plus d’attendre son premier album. Il est enfin là. Et c’est un truc de dingue. Enfermez Alicia Keys, Lauryn Hill et Beyoncé dans un studio, imaginez ce qu’elles pourraient créer ensemble comme cocktail musical et écoutez ensuite “Different Waters” de Coely. Vous ne serez pas très loin.

Née d’une “mama” congolaise et élevée avec ses deux frères dans une cité grise d’Anvers, Coely a vite trouvé sa voie. Maman s’occupait d’une chorale paroissiale. Elle nous élevait dans la bonne humeur. C’était dur, on n’avait pas d’argent mais nous étions heureux et on avait à manger tous les jours. Prier, chanter, rester positive. Je n’ai fait que ça depuis que je suis toute petite”. Nourrie de chansons religieuses et des tubes MTV, Coely se la colle avec le label Beatville et sort Ain’t Chasing Pavements en 2012.  Premier single, premier carton. Malgré le buzz, elle prend son temps pour enregistrer “Different Waters”. On ne fait qu’une seule fois un premier disque.  Je ne voulais pas rater cette chance. Sur ce disque, Coely montre qu’elle est capable de tout. Elle chante le gospel, flirte avec le dance-hall, sample une leçon de vie de sa maman (“reste calme et sois positive”) et enchaîne les tubes ensoleillés. Bien joué.

Le 30 juin à Rock Werchter, le 1er juillet à Couleur Café à Bruxelles, le 6 juillet aux Ardentes à Liège.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité