La métamorphose de Noa Moon

Quatre ans après les roucoulades folks de Paradise, la Bruxelloise affirme sa modernité sur “Azurite”.

Noa Moon ©Boris Görtz

Nous l’avions quittée voici quatre ans en post-adolescente voguant de festival en festival la guitare en bandoulière avec les mélodies reggae/folk acoustiques de son premier album “Let Them Talk”. Elle nous revient en femme à l’élégance discrète et à l’écriture désormais sublimée de jolis accents électro/folk. À vingt-cinq ans, Manon De Carvalho, alias Noa Moon, démontre avec “Azurite” qu’elle s’inscrit dans la durée. Oui, comme tous les jeunes artistes portés par la vague d’un succès aussi précoce qu’inattendu, la Bruxelloise s’est posé des questions. Oui, elle a cherché son chemin quitte à se perdre parfois. Oui, ceux qui ne veulent retenir d’elle que le tube Paradise seront étonnés. Mais c’est tant mieux.

L’eau, « un élément qui me fascine »

“Après la tournée “Let Them Talk”, j’ai ressenti le besoin de me recentrer sur moi-même, explique-t-elle. Je devais baliser de nouveaux repères et assumer mes nouvelles envies. Je voulais aussi me prouver que j’étais capable d’écrire des chansons seule, notamment en m’aidant de l’ordinateur.” Enregistré principalement au studio/manoir La Frette, près de Paris, avec Daniel Offermann de Girls In Hawaii et l’ingénieur son Nicolas Quere, “Azurite” est plus riche, plus dense et plus aéré que “Let Them Talk”. Si My City renvoie aux caresses folks d’antan, Alive séduit par son gimmick électro et son refrain imparable. On trouve un joli instrumental (Le rêve), un morceau subtil (Just A Song) qui, malgré son titre, est bien plus qu’une chanson ou encore une vignette pop sautillante (Call My Name). Au travers de sa pochette, du clip de Sparks tourné à Tenerife, des chansons Ocean ou The Sea, il est souvent question d’eau dans cet album. “Un élément qui me fascine mais qui m’a toujours fait peur. Dans l’eau, vous perdez tout contrôle. C’est parfois enivrant de se laisser porter par une force invisible, mais ça peut  devenir très flippant”, déclare celle qui est née un 3 mars sous le signe des Poissons. Une Poissons aux yeux bleus qui nage entre deux eaux. Tout à l’image de son album.

Azurite, Noa Moon. [PIAS]

Noa Moon ©Prod

Noa Moon sera en concert à Bruxelles le 24 juin pour la Fête de la Musique, le  22/7 aux Francofolies de Sparn et le 05 août au Ronquières Festival.

Sur le même sujet
Plus d'actualité