Les artistes qui vont faire 2017

Capitale de la musique émergente et de la croquette, la ville de Groningen, aux Pays-Bas, a accueilli plus de 500 nouveaux talents européens pour le festival Eurosonic. Moustique a fait son marché et vous présente ceux que vous allez aimer ces prochains mois.

Eurosonic ©Prod

1. Shame

Shame ©Prod

Le pitch

Cinq gamins nés dans les bas quartiers de Brixton, au sud de Londres, pour qui le punk n’est pas mort. Le bassiste a le look et le jeu de Sid Vicious. Mais c’est le chanteur, cheveux courts et bretelles de grand-père sur torse nu, qui attire tous les regards. Leur single The Lick a déclenché la hype. Tous les festivals les veulent cet été.

Pourquoi on aime

L’énergie et leur fougue juvénile ne viennent pas casser la force des morceaux. Shame est aussi capable d’insuffler un tempo dansant à ses brûlots. Le croisement parfait entre Sham 69, The Streets et Happy Mondays.

C’est pour qui ?

Ceux qui en ont marre d’écouter la daube électro pop formatée de l’Ultratop et pensent que le rock est encore une affaire de rébellion.

2. Buvette

Buvette ©Prod

Le pitch

Ancien barman suisse (d’où le nom), Cédric Streuli a lancé son projet Buvette en 2008. Il a quatre albums à son actif. C’est avec le petit dernier, “Elasticity” paru sur le label Pan European Records, qu’il s’envole. En formule groupe, il malaxe dream pop eighties, reggae, funk et électro.

Pourquoi on aime

Un peu comme avec la dernière série de Netflix The O.A., on ne sait jamais ce qui va se passer. Batteur de formation, Buvette met beaucoup de rythmes dans son répertoire et on ne s’ennuie jamais. Avec son nom, le rock critic peut faire plein de jeux de mots marrants. Du genre “Buvette, la nouvelle soif de pop” (titre chopé dans la revue Technikart). Ah ah.

C’est pour qui ?

Les filles et les mecs qui écoutent de la pop sans œillère. Ceux qui pensent que la musique suisse se limitait à Patrick Juvet et à Stephan Eicher.

3. Goat Girl

Goat Girl ©prod

Le pitch

Clottie Cream, Rosy Bones, Naima Jelly et L.E.D. sont quatre filles basées à Londres qui pratiquent du garage rock à fortes influences pop. Elles ont sorti un single et peaufinent actuellement leur premier album. Comme les punks de Shame, elles ont fait l’unanimité.

Pourquoi on aime

Leurs chansons n’ont l’air de rien du tout, mais elles s’incrustent de manière insidieuse dans le cerveau. Leur attitude bohème tranche avec les codes actuels où tout est basé sur l’image. 

C’est pour qui ?

Ceux qui rêvent de voir le rock se réveiller en 2016. 

4. The Courettes

The Courettes ©Prod

Le pitch

Il est Danois, elle vient du Brésil. Batterie, favoris et longues douilles sous la casquette pour l’un, guitare à effet fuzz, minijupe et tatouages pour l’autre. Martin Couri et son épouse Flavia ne jurent que par le garage rock minimaliste. Un premier album “Here Are The Courettes” à leur actif.

Pourquoi on aime

C’est punchy, nostalgique, parfois un rien brouillon. Mais ça fait mouche lorsque le duo n’oublie pas les “ouh ouh ouh” dans le refrain comme c’est le cas avec l’efficace single The Boy I Love

C’est pour qui?

Les fans de Shangri-Las, des Vespa, des groupes garage sixties, des décalcomanies Betty Boop et des films de Russ Meyer

5. Gurr 

Gurr ©prod

Le pitch

Basées à Berlin, Laura Lee et Andreya, les deux filles de Gurr, mélangent leurs voix, leurs rêves et leur fougue sur des chansons pop/rock particulièrement pêchues. Leur album “In My Head” est paru l’année dernière.

Pourquoi on aime

Elles sourient et emballent le public à coup de refrains accrocheurs. Même si leur single s’intitule No New Friends, on rêve d’être leur pote.

C’est pour qui ? 

Les fans de Breeders, de Throwing Muses ou, plus proche de nous, de Hind.

6. Jacques 

Jacques ©Prod

Le pitch

Jacques est un artiste français qui s’appelle vraiment Jacques. Il fait de la “techno transversale”. Les rockeurs demandent une bouteille de Jack Daniel’s dans leur loge? Lui, il insiste pour que les organisateurs lui préparent des objets insolites. Une raquette, un aspirateur, une clef anglaise qu’il utilise sur scène… Aidé de son laptop, il brode des sons et ça fait danser. Un EP “Tout est magnifique” à son actif.

Pourquoi on aime

Certes Matthew Herbert s’appuyait déjà sur le même concept, mais la capacité de Jacques à créer en live de l’électro sur base d’objets du quotidien est bluffante. Le mec ne se prend pas au sérieux mais fait les choses sérieusement. Visuellement, c’est à la fois très fort et très marrant.

C’est pour qui ?

Ceux qui en ont marre des DJ électro qui se pointent en concert avec une table de cuisine, un Mac, un casque et une clef USB. Chez Jacques, un concert est synonyme de création instantanée.

Le 17/5 aux Nuits Botanique.

7. Her 

Her ©Prod

Le pitch

Deux Frenchies pâles comme un cachet d’aspirine qui chantent comme Otis Redding, Sam Cooke et Frank Ocean. Victor Solf et Simon Carpentier préparent leur premier album. On les verra beaucoup en Belgique.

Pourquoi on aime

Quand ils reprennent A Change Is Gonna Come et qu’on ferme les yeux, on a l’impression d’avoir Sam Cooke devant nous. Ils soignent (un peu trop) leur image de dandys, en font des tonnes sur scène, mais leur performance vocale est bluffante.

C’est pour qui ?

Les filles qui aiment les belles voix. Les fans de Loïc Nottet et de Mustii.

Le 20/5 aux Nuits Botanique.

8. Thomas Azier 

Thomas Azier ©Prod

Le pitch

Lui, on le connaît déjà. Né en Hollande, installé à Berlin, Thomas Azier a collaboré avec Stromae sur “Racine carrée” et a assuré la première partie de notre compatriote sur un paquet de dates. Il a déjà sorti un album (“Hylas”) et le deuxième doit arriver au printemps. La musique (Red Eyes) de la pub pour le dernier parfum Yves Saint Laurent, c’est lui.

Pourquoi on aime

Devant son public, il a dévoilé les morceaux de son nouvel album et c’est du tout bon. De l’électro/pop bien dans son époque. Comme Mustii (son fan numéro 1), il soigne particulièrement sa scénographie et la gestuelle.

C’est pour qui ?

Si vous aimez Mustii, c’est clairement pour vous. Les nostalgiques des années new wave s’y retrouveront aussi.

Plus d'actualité