Emilíana Torrini repeint ses chansons avec une classe folle

Épaulée de musiciens belges, l’Islandaise fait un lifting à ses chansons avec quelques instruments loufoques.

Emiliana Torrini ©Prod

Souvent considéré comme la conclusion d’une tournée, l’album live marque ici une introduction: le début d’une belle collaboration entre The Colorist Orchestra et Emilíana Torrini. “Ce disque est une première étape”, indique la chanteuse en posant une main protectrice sur son petit ventre rond. “La suite logique serait de composer des morceaux originaux ensemble.” À deux exceptions près, toutes les chansons de cette union belgo-islandaise sont en effet des adaptations. “Avec The Colorist, nous cherchons à mettre en évidence d’autres nuances dans le répertoire d’Emilíana”, explique Kobe Proesmans, cheville ouvrière du projet. Aperçu aux côtés de Zita Swoon, dEUS, Baloji ou Adamo, le musicien s’associe aujourd’hui à Aarich Jespers pour fabriquer des objets insolites: percussions-aquariums, xylophone forgé dans une table de cuisine, raquette de tennis au cordage électrique… “Ce sont des orchestrations surréalistes, 100 % made in Belgium, précise-t-il dans un élan de patriotisme. Nous adorons les sonorités expérimentales qui découlent de nos bricolages. Mais nous ne voulions surtout pas détraquer le charme originel des compos.”

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

*** Emilíana Torrini. Emilíana Torrini &  The Colorist Orchestra. Rough Trade/Konkurrent

Plus d'actualité