Black M: « J’ai préféré montrer que j’étais plus intelligent qu’eux »

Petit-fils d’un tirailleur antillais, il chante Je suis chez moi aux oreilles de la France de Marine Le Pen et de François Fillon. Résultat: 24 millions de vues sur YouTube. 

Black M

Le clip Je suis chez moi de Black M a dépassé la barre des vingt-quatre millions de vues sur YouTube. Un chiffre énorme qui dépasse largement le cadre du phénomène  “rap pour cour de récré”. Mégatube ensoleillé, cette chanson trouve son origine dans une polémique qui a secoué la France au printemps dernier.  

On vous fait le pitch. Au mois de mai, Alpha Diallo, alias Black M, est invité à se produire en clôture des célébrations marquant le centenaire de la bataille de Verdun. La présidente du Front National Marie Le Pen, mais aussi des élus de la droite traditionnelle s’offusquent de ce choix imposé par la municipalité (socialiste) et fomentent un bashing en règle. Black M est lynché en quelques jours. Le Figaro revient sur les paroles ”anti-françaises” de chansons du groupe Sexion d’Assaut dont Diallo a fait partie, les anonymes de la Toile balancent des commentaires racistes, son bureau de management reçoit des menaces et le conseil municipal de Verdun finit par annuler le concert. 

Tolérance, mixité sociale et respect de l’autre

Dans ce grand déferlement de haine à sens unique, les quotidiens Le Monde et Libération mènent leur enquête. C’est qu’Alpha Diallo, né à Paris le 27 décembre 1984, est aussi Français que Marine Le Pen. Mieux encore, son grand-père Alpha Mamoudou a été soldat 1re classe dans le 14e régiment des tirailleurs antillais qui ont combattu pendant la Seconde Guerre mondiale contre l’occupant allemand. Le Monde publie des photos et des documents qui prouvent que ce petit-fils de héros avait toutes les raisons d’aller à Verdun. Sur le moment même, Black M se tait, se terre et écrit la chanson Je suis chez moi, qui va devenir le tube que l’on sait. Grand agitateur du paysage audiovisuel français et star de l’audimat, Cyril Hanouna en fait même le générique de son teaser de rentrée pour sa quotidienne Touche pas à mon poste.

“Plus jeune, j’aurais sans doute écrit une chanson hyper-violente pour me venger de cette campagne médiatique violente, nous explique Black M. Mais j’ai préféré tendre la main, montrer que j’étais plus intelligent qu’eux et faire un truc hyper-positif sur la tolérance,  la mixité sociale et le respect de l’autre. Pour moi, c’est le morceau le plus important de ma carrière. Quand je le chante sur les plateaux télé, j’ai des gamins, des femmes, des papys qui viennent me féliciter. Des gens de tous les âges, de tous les milieux. “Alpha, tu as tout pigé”, me disent-ils.”

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Plus d'actualité