Public Limited Ltd: itinéraire d’un pourri gâté

À l’affiche du Sinner’s Day, John Lydon rue toujours dans les brancards. Il ressort le culte “Metal Box”.

Public Image Ltd ©Prod

Quelques heures avant d’échanger ses idées résolument engagées avec Moustique, Johnny Rotten s’est fait remarquer du côté de Reykjavik. L’auteur de God Save The Queen vient d’y inaugurer un musée du punk. De là à imaginer que l’instigateur du mouvement range ses arguments entre le sarcophage du pharaon et les silex de l’homme de Cro-Magnon, il n’y a qu’un pogo dans lequel on n’oserait se lancer. “Les Islandais ont choisi d’associer ce musée à un haut lieu de la culture populaire: d’anciennes toilettes publiques. Institutionnaliser le punk en le flanquant aux chiottes, c’est une idée louable, non?” Dans son autobiographie, La rage est mon énergie, Lydon fustige par ailleurs la plupart des noms associés à ce courant. “Au début, tout le monde essayait d’imiter les Sex Pistols. Mais personne n’y arrivait. La scène anglaise est vite devenue le théâtre d’une compétition à la con. Joe Strummer et les Clash étaient champions pour ça… Le punk s’est codifié. Les groupes se fringuaient à l’identique et creusaient le même sillon musical. Ça tournait en rond. Moi, j’avais envie de voyager sans carte ni boussole.” Réédité à l’occasion de son 30e anniversaire, le “Metal Box” de Public Image Ltd astique aujourd’hui sa fameuse pochette en ferraille pour exhiber raretés, démos et autres sessions piochées dans les archives de la BBC. 

Pour découvrir la suite de l’article, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

**** Public Image Ltd (PIL). Metal Box. Universal

Public Image Ltd-Album ©Prod

Sur le même sujet
Plus d'actualité