Agnes Obel suspend le temps avec « Citizen Of Glass »

Aux frontières de la pop et du classique, la pianiste danoise fait preuve d'audace avec son troisième album, disque concept autour de la transparence.

Agnes Obel - Musique

Entièrement écrit, composé et réalisé par l’artiste danoise exilée à Berlin, “Citizen Of Glass” compte dix morceaux. Nous avons envie de rajouter “seulement dix morceaux”. Mais il est d’une rare intensité. Ne prenez que les deux “interludes” instrumentaux, a priori les plus anecdotiques du disque: le premier, Red Virgin Soil, flirte avec grâce avec la musique de chambre tandis que le second, Grasshoper, pourrait figurer au générique d’un film d’horreur de Wes Craven ou de la suite de Blade Runner. Il y a aussi la plage d’ouverture, Stretch Your Eyes, qui renvoie au cabaret jazz des années 20 et Mary, chanson de cinq minutes évoquant une mystérieuse amie d’Agnes rencontrée à la high school. Sur la plage qui donne son nom à l’album, Agnes Obel se dédouble pour chanter en duo  avec elle-même et avec It’s Happening Again, elle nous fait comprendre pourquoi elle cite régulièrement dans ses disques de chevet ceux de Kate Bush, Joni Mitchell ou encore de Roy Orbison. Oui, même si la formule est cliché, elle s’impose: “Citizen Of Glass” est son album le plus abouti.

De l’audace

Après les présentations élégantes de ”Philharmonics” (2010) et l’intimisme en mode piano/voix d’”Aventine” (2013), Agnes Obel fait preuve d’audace sur “Citizen Of Glass”, disque concept autour de la notion de transparence. “Le monde d’aujourd’hui tend à faire de vous un “citoyen de verre” (“Citizen Of Glass”), explique-t-elle. On vous pousse sans cesse à vous dévoiler, à faire en sorte qu’on connaisse tout de vous, même dans les moindres détails. Toutes les chansons de “Citizen Of Glass” tournent autour de ce thème. Pour la première fois, j’aI  eu le titre du disque et son fil rouge avant d’avoir les chansons.”

La suite de l’article est à découvrir en librairie à partir de ce mercredi 19 octobre ou sur notre édition numérique.

Plus d'actualité