Mort de Russell Banks : 5 livres à (re)lire de l'écrivain américain

Décédé à l’âge de 82 ans, l’écrivain américain laisse une œuvre immense.

russell banks
© BelgaImage

Oh, Canada (2022)

Paru l’automne dernier, Oh, Canada est le roman testamentaire de Russell Banks qui est décédé ce 7 janvier. La destinée du héros s’y fond à la destinée de l’auteur. Une longue confession et un travail profond sur la mémoire.

De beaux lendemains (1991)

L’existence d’une bourgade est bouleversée par l’accident d’un bus scolaire. Une chronique sombre. Banks signe aussi l’adaption à l’écran par Atom Egoyan. Grand prix du Festival de Cannes en 1997.

Pourfendeur de nuages (1998)

Un roman historique qui traite de l’histoire de l’abolitionniste John Brown. Banks y oppose les points de vue des partisans et adversaires de l’esclavage et dénonce des deux côtés le radicalisme. Toujours d’actualité.

Affliction (1989)

Adapté au cinéma en 1997 par Paul Schrader avec Nick Nolte, Affliction détaille la chute d’un homme ordinaire, pris au piège d’une vie ratée depuis l’enfance. Une critique en règle du mythe américain.

American Darling (2004)

Hannah, en quête d’autonomie, traverse les années 60 en ­épousant la cause terroriste, un ministre africain et la défense des chimpanzés. Scorsese rêvait de l’adapter au cinéma avec Cate Blanchett.

Sur le même sujet
Plus d'actualité