Prix Renaudot : Performance, le roman rock’n’roll de Simon Liberati

Simon Liberati vient de recevoir le prix Renaudot pour Performance, roman d’amour et de jeunesse retrouvée, où il convoque les Rolling Stones et leurs égéries.

Simon Liberati
© BelgaImage

Il a passé le cap des 70 ans et n’a plus d’inspiration. L’AVC dont il a été victime l’a refroidi sur son travail littéraire, mais pas sur l’amour dont il goûte encore les ­délices avec un mannequin de 24 ans. C’est à cette époque que deux jeunes producteurs lui proposent d’écrire une série sur les Rolling Stones des débuts… L’occasion pour Simon Liberati de construire un roman croisé – entre les turpitudes du scénario sur les Stones et la relation de son personnage avec celle qui ­ressemble à la dernière femme de sa vie. L’occasion aussi pour le romancier d’installer dans sa galerie d’héroïnes radicales Anita ­Pallenberg et Marianne Faithfull, satellites importants dans l’entourage du groupe qui ­rejoignent Jayne Mansfied que Liberati a racontée dans Jayne Mansfield 1967, les filles de la secte de Charles Manson dans California Girls ou Eva Ionesco dans Eva. Si Anita Pallenberg est passée des bras de Brian Jones à ceux de Keith Richards, Marianne Faithfull fut une égérie que les Stones feront chanter avant qu’elle ne parte à la dérive…

J’ai une identification plus facile avec les ­personnages féminins”, concède Liberati pour résumer sa fascination pour les femmes qui peuplent son œuvre, sachant que Performance part d’une situation romantique vécue. “Aujourd’hui, un homme de soixante ans qui sort avec une jeune fille, c’est limite si on n’appelle pas la police, explique-t-il. Pourtant, elle et moi, on ne s’est jamais ­sentis différents…” Autre point d’accroche avec le réel - comme son personnage, écrivain de la vieille école -, Liberati n’est pas un grand fan de séries. “Les séries ne m’ac­crochent pas, ça me tombe des yeux car je vois les trucs.”  Si le roman n’est pas tout à fait du niveau de Jayne Mansfield 1967 ni de ­California Girls, il est une étape supplémentaire dans le travail de l’auteur sur les années 60 dont il dit qu’elles seront encore au cœur de deux (ou trois) livres…

** Performance de Simon Liberati. Grasset, 252 p. 

simon liberati

Sur le même sujet
Plus d'actualité