Les 7 albums de BD à lire à la rentrée

Têtes de gondole, best-sellers, retours attendus. La bande dessinée confirme son statut dominant sur le marché de l’édition.

Le nouvel album BD de Bastien Vivès
© Prod.

La rentrée BD a démarré sur les jantes avec un album qui a le chic pour faire frémir – La mort de Spirou, grosse mise de Dupuis. Renouant avec le my­thique Spirou et les hommes-bulles, Olivier Schwartz excelle dans l’art de faire revivre les heures de gloire du héros. Entre hier et aujourd’hui, cette Mort de Spirou est une très belle façon de fêter le centenaire de la maison d’édition qui l’a vu naître. Et de redire que les vrais héros ne décèdent jamais – même quand on annonce leur mort…

Le 7 sep­tembre, on attend le retour du marin le plus sexy d’eau pas douce. Créature d’Hugo Pratt, Corto retrouve ­Pellejero au dessin et se plie aux injonctions ­scénaristiques de Juan Diaz Canalès (Blacksad). Quatrième tome depuis la reprise par le duo, ces ­Nocturnes berlinois emmènent le ténébreux dandy sur les pavés ­gluants de la capitale allemande. Nous sommes en 1924, ça sent le soufre, le futur qui bascule et les ­dialogues qui font mouche…

Le 14 septembre, c’est le retour de l’enfant terrible du neuvième art. Bastien Vivès nous avait perdus depuis ­quelques albums dont un hors-série dans lequel il déployait sa vision ­de Corto Maltese. Avec Dernier week-end de janvier, il réattaque en force avec une histoire belle comme un film de Sautet. Le récit met en scène la parenthèse enchantée dans laquelle s’engouffrent un auteur de bande dessinée fatigué et une ORL jolie comme le jour et audacieuse comme le désir. C’est tout beau, élégant. Le 28 septembre, on se plongera avec délectation dans le volumineux tome 2 des aventures foireuses de Vernon Subutex, loser magnifique de Despentes, croqué à merveille par Luz. On peut parler de second tome, car il clôt la descente aux enfers de notre “héros”.

Les insubmersibles

Le prochain épisode de la saga Lucky Luke s’appuie sur la suite de la collaboration entre Achdé (qui avait déjà dessiné le ­personnage de Morris) et Jul, plus connu pour sa patte humoristique, au scénario. Attendu le 21 octobre, L’arche de Rantanplan met en scène la bande à Lucky Luke dans un société devenue vegan et respectueuse des droits des animaux – du jamais vu! Quant aux inoxydables Blake et Mortimer, ils entament leur vingt-neuvième album en 1963 à Berlin (vont-ils croiser Corto Maltese?). Sous la houlette de Boquet, Fromental et Aubin, Huit heures à Berlin (sortie prévue le 25 novembre) mixe les ingrédients fondamentaux de la série – archéologie, espionnage et mystère. Autre insubmersible, mais plus jeune (enfin, façon de parler!), autre best-seller en vue, Les vieux fourneaux s’offre un septième volume, Chauds comme le climat, qui paraît le 4 novembre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité