Tac au tac avec Brice Depasse

L’homme de La Story sur Nostalgie publie Londres, 1968, BD où il fait ce qu’il sait le mieux faire: conter.

Brice Depasse
@ Stéphane Decoster

Avec le dessinateur Aurélien Baudinat, vous publiez un roman graphique où vous retracez l’aventure de Dan Lacksman célèbre producteur qui, à 18 ans, part à Londres en juin 1968 pour aller frapper à la porte des Beatles. Tout est vrai dans cette histoire, ou vous avez un peu beaucoup romancé les faits?
Toutes ses rencontres avec les Beatles sont vraies, mais il y a des pointes de romance. Je lui ai demandé la permission de sortir des clous car il me semblait important de reproduire le parcours ­initiatique d’un ado de l’époque. Il y a même une scène de sexe!

Il était d’accord avec cette scène?
Il était d’accord avec tout. Il m’a dit “Fais tout ce que tu veux” et il n’a rien voulu voir avant…  Ça m’a fait un peu peur car lorsque je lui ai remis le livre fini, il m’a appelé à 22h30… Ce n’est pas une heure où on appelle les gens, ce n’est jamais bon, 22h30, mais en fait, il pleurait d’émotion.

Où étiez-vous en juin 1968?
Le jour, j’étais à l’école à Binche, et le soir, j’étais chez moi, à Morlanwelz. J’avais 6 ans.

Gamin, où achetiez-vous vos disques?
Chez Vansippe, un disquaire du centre de Binche, qui vient de fermer récemment – on en a même parlé au JT car il était un des derniers de Belgique.

Ado, avez-vous volé des disques?
Non, jamais. Je crois que je serais tombé mort. Quand j’ai entendu ça dans la chanson Rockollection de Voulzy, je me suis dit: “Mais comment voler un 45 tours sous un manteau?

Mais moi, j’aurais pu vous apprendre à voler des 33 tours!
Wouah!

À quelle idole avez-vous écrit?
Aucune.

Dans quel disque de la fin des années 60 aimeriez-vous vivre?
Dans “Abbey Road” des Beatles!

Sur quelle pochette auriez-vous aimé apparaître?
La pochette de “In Through The Out Door”, le moins bon album de Led Zeppelin mais avec cette référence au film noir de Hollywood… J’aurais bien aimé être le type en blanc, celui au bar que tout le monde regarde. Peut-être étais-je déjà nombriliste…

Ça, c’est votre narcissisme qui remonte à la surface…  
C’est ce que certains collègues disent de moi. Enfin, c’est ce qu’ils disaient…

Quelle chanson auriez-vous adoré écrire?
Stairway To Heaven de Led Zeppelin.

Quelle chanson française auriez-vous adoré écrire?
Né dans un ice-cream de Polnareff.

Avec qui êtes-vous copain dans le showbiz français et anglo-saxon?
Jean-Michel Jarre dans le showbiz français, et chez les Anglais, j’aime toujours retrouver Andy McCluskey d’Orchestral Manœuvres In The Dark.

Quel est votre compositeur de musique classique préféré?
Maurice Ravel. Ses orchestrations restent fascinantes.

Comptez-vous consacrer une bande dessinée à notre journaliste historique, Piero Kenroll?
Oui, le scénario est déjà écrit. Ça se passe en 1980 avec un flash-back au début des années 70.

Votre vie est-elle un privilège?
Oui, parce que je n’ai jamais eu l’impression de travailler.

LA STORY NOSTALGIE – LONDRES, 1968, Chronica, 96 p. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité