Les bonnes raisons de se détendre ce week-end

Bullez seul ou en famille, en salle ou dans le canapé, en découvrant les nouveautés culture épinglées par la rédaction.

Les bonnes raisons de se détendre ce week-end
© Unsplash

Sous les galets la plage

Septembre 1962, tandis que la France du Général n’a pas de quoi être fière, mais fait mine de ne pas le savoir, l’arrière-saison s’installe mollement dans la bourgade de Kertudy, vidée de ses touristes estivaux. Un trio de fils à papa se voient offrir par leurs pères une petite parenthèse en solo avant de partir aux études et devenir l’élite du pays. Un soir imbibé, sur la plage, une jeune inconnue s’invite lors de leur bain de minuit, et tout bascule. Albert tombe à la renverse dès qu’Odette entre dans son champ de vision. Son sourire, son audace, ses idées: tout chez elle le rend fou d’amour. Pascal Rabaté raconte avec talent un coup de foudre, mais pas n’importe lequel. Celui qui fait sortir de route. En tout cas de l’autoroute imaginée par papa et maman.

Car Odette est une vraie révolutionnaire, et Albert va devoir ruer dans les brancards familiaux s’il veut la suivre. Ça fait trente ans que Rabaté dessine avec finesse et panache le sentiment humain. Qu’il s’empare de Tolstoï (Ibicus), évoque la “drôle de guerre” (La déconfiture), ou les chroniques de village (Les petits ruisseaux), il a toujours le chic pour peindre l’humain dans la souvent désespérante géométrie de ses excès. Beau et con à la fois. Avec Odette et Albert, c’est à une mise à nu drôle, émouvante qu’on assiste. Et c’est aussi l’occasion pour cet observateur de mettre son talent au service d’une colère légitime: la sienne, face à la bêtise de tous, élites comprises. Face à l’incroyable brutalité d’une société obnubilée par le statu quo capitaliste mortifère, il aurait pu faire un bouquin lénifiant et donneur de leçons. Il en a fait une belle histoire d’amour.

Pascal Rabaté. Rue de Sèvres, 144 p.

Football Manager 2022

Sur un rythme de croisière depuis quelques saisons, la licence Football Manager ne déroge pas à sa règle en ajustant, avec soin et talent, sa formule pour une année supplémentaire de matchs arrachés. Football Manager 22 est évidemment un produit gargantuesque dans lequel les manières d’y perdre l’âme s’additionnent encore avec un centre de données toujours plus fourni. Pour ajouter la note de stress qui pourrait vous manquer à quelques secondes du coup de sifflet final, la licence porte cette année une attention plus affinée sur le deadline day, dernière ligne droite pour les entraîneurs à achat compulsif. Avec une modélisation plus moderne des matchs, ce sont ­quelques petits arguments qui pourraient investir dans ce Football Manager 22 à moins que vous ne vous contentiez encore de son ancien modèle pour un an ou deux

La jeune femme et la mer

Il y a trois ans, l’auteure de La légèreté et des Grands espaces est partie en résidence. Quatre mois au Japon. Elle en tirera La jeune femme et la mer, un livre à couches qui met en scène une jeune femme (qui lui ressemble étrangement) confrontée à un peintre en recherche de fulgurance et au fantôme d’une aubergiste haut en couleur, tous deux personnages d’un vieux roman de Natsumé Sôseki, Oreiller d’herbes. Sans oublier un tanuki, canidé facétieux qui utilise ses testicules gigantesques pour une foule d’usages. Preuve que Meurisse sait inviter l’humour partout, sans jamais oublier l’essentiel. Une histoire et un dessin qui ­marquent à jamais. Pour les Japonais, la ­nostalgie, ce sont de “beaux souvenirs qu’il fait bon évoquer”. S’ils prennent la forme que leur donne Catherine Meurisse, on adore s’y adonner.

Catherine Meurisse. Dargaud, 116 p.

Jonathan t. 17: La piste de Yéshé

Quarante-six ans après avoir créé un jalon dans l’histoire du neuvième art, Cosey a décidé de fermer une porte. Celle qui donne sur la chambre de son “héros”, Jonathan. Une pièce qui associe le dedans et le dehors. En effet, si les errances volontaires de son double de papier l’attirent dans les paysages époustouflants de l’Himalaya, c’est à un voyage intérieur que le couple de randonneurs nous invite. Dix-sept tomes après sa naissance dans les pages du Journal Tintin, Jonathan solde les comptes de ses souvenirs, ses amours, ses amitiés. C’est beau et fort comme l’adieu à un ami. Cosey se dit prêt pour de nouvelles pérégrinations. On le croit. Un livre riche et généreux, À l’heure où les dieux dorment encore, accompagne cette sortie, il est la très belle clef qui ouvre la porte que Cosey vient de fermer.

Cosey. Le Lombard, 56 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité