Tac au tac avec Francis Huster

Le comédien, fan de chez fan, publie son Dictionnaire amoureux de Molière. Parlons théâtre... et blouson.

Tac au tac avec Francis Huster
@ Belgaimage

Vous portez un blouson d’aviateur qui a l’air authentique. D’où sort cette veste?
C’était à mon père pendant la guerre. Il était dans l’aviation. J’ai toutes ses médailles aussi. C’est très sentimental.

Quand on parcourt votre Dictionnaire amoureux de Molière, on se dit que vous êtes hyper-calé en Molière. Vous connaissez tout! 
(Silence.) J’espère. C’est un travail de trente, quarante ans.

Vous êtes sûr de tout ce que vous avancez sur Molière?
Tout. Je suis absolument sûr, ça va être difficile de me coincer. Imaginez un Dictionnaire amoureux de Maradona écrit par Zidane, on se dit qu’il connaît le job…

Au détour d’une phrase, on apprend que vous avez mis deux ans à écrire ce livre. On sait à quoi vous avez passé votre confinement…
Exactement. Tout à coup, on s’est tous retrouvés dans la peau de Robinson Crusoé sauf que notre copain ce n’était pas Vendredi, mais lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, dimanche – et ça a duré longtemps. Comme tout le monde, je ne sortais qu’entre telle et telle heure, avec l’autorisation officielle d’aller chercher au magasin du coin quelque chose d’essentiel, et je remontais pour manger ce quelque chose d’essentiel.

Molière est-il l’inventeur de la punchline, la réplique qui tue? (Silence.)
C’est une question d’exception. Le génie de Molière c’est d’avoir savonné la réplique. Il invente la réplique où on se casse la figure sur une peau de banane. Quand on attend, c’est ce qu’on n’attend pas qui arrive…

La pièce de Molière adorée?
Une question qui me poignarde… C’est celle que je n’ai pas réussie, Le misanthrope… Je n’ai pas réussi à faire ce que je voulais dans Alceste. Après la représentation, Terzieff avait adoré, je lui ai demandé: “Et moi?” et il a répondu: “T’étais pas là”.

La pièce de Molière que vous n’aimez pas jouer?
Tartuffe. C’est le chef-d’œuvre absolu, mais j’ai toujours refusé de le jouer…

Pourquoi?
Parce que je ne peux pas jouer Orgon, ce n’est pas pour moi comme style. Orgon demande un acteur dont on se dise “Mais qu’est-ce qu’il est con!” et on ne peut pas croire ça avec moi. On se dirait que je fais semblant d’être con. Et puis, Tartuffe, on est Tartuffe ou on ne l’est pas. Zemmour est merveilleux dans le rôle de Tartuffe en ce moment.

Nommé trois fois, vous n’avez jamais eu de Molière…
Jamais!

Vous avez le seum?
Je brûle un peu de ne pas en avoir eu, mais je n’ai aucune aigreur. Les récompenses sont faites non pas pour récompenser une carrière mais l’espoir d’une carrière. Mais si le président de la République n’ouvre pas les portes du Panthéon à Molière, je ne remonterai plus jamais sur scène. (En 2019, Huster a lancé une demande pour l’entrée de Molière au Panthéon – NDLR.)

C’est un ultimatum à Macron?
C’est totalement clair.

Connaissez-vous l’avenue Molière à Bruxelles?
Pas du tout. Alors là, je suis sidéré. Je vais essayer d’y passer tout à l’heure. Sur la plaque, on a marqué quoi sous son nom? Auteur? Comédien?

Rien
Rien… En tout cas, je remercie la Belgique de lui rendre honneur…

livre de francis huster

Dictionnaire amoureux de Molière, Plon, 653 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité