Un seul prix par livre ? L’avis tranché du patron du Goncourt

Le président de l'Académie Goncourt Didier Decoin explique pourquoi il ne veut pas plus d'une récompense par livre.

le président de l'Académie Goncourt, Didier Decoin
Le président de l’Académie Goncourt, Didier Decoin. @ BelgaImage

Un même livre ne devrait recevoir qu’un seul prix littéraire, dans l’intérêt des libraires, a affirmé à l’AFP le président de l’Académie Goncourt, Didier Decoin, qui dirige le jury devant remettre mercredi la plus prestigieuse de ces récompenses. « Il ne faut pas oublier nos amis et alliés que sont les libraires. Si on donne deux prix à un seul livre, ça ne fait qu’un livre dans la vitrine », a estimé samedi M. Decoin, même si l’Académie Goncourt n’a pas toujours suivi cette recommandation.

Pour preuve: les précédents d’Andreï Makine, prix Goncourt et Médicis en 1995, et de Patrick Rambaud, prix Goncourt et Grand Prix du roman de l’Académie française en 1997.

Parmi les quatre finalistes du Goncourt 2021, figure Christine Angot qui vient d’obtenir le prix Médicis pour Le Voyage dans l’Est (Flammarion). Les trois autres romans en lice n’ont en revanche pas déjà été primés: Enfant de salaud de Sorj Chalandon (Grasset), Milwaukee Blues de Louis-Philippe Dalembert (Sabine Wespieser) et La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr (Philippe Rey).

« Donc il faut réfléchir avant de voter, à tous les paramètres, et notamment celui-là. Ce n’est pas au nom du commerce, mais dans l’intérêt d’une profession qui est horriblement difficile. Je prends en compte la pénibilité de ce métier. Et même si j’hésite encore à quelques jours du scrutin, je penserai de toute façon aux libraires », a détaillé le président du jury.

Ne pas se regarder le nombril

Après la remise du Goncourt mercredi, de retour au restaurant Drouant après la crise sanitaire de 2020, M. Decoin présidera la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde, en Corrèze, du 5 au 7 novembre. « J’ai choisi, puisqu’on a la liberté de choisir un thème, de parler de la mer et de l’aventure, et d’une littérature à fenêtre ouverte. Ce n’est pas un reproche que je fais à quiconque, mais la littérature a parfois tendance à se regarder le nombril, et à vivre pelotonnée comme un chat dans son panier », a-t-il expliqué. Les quatre finalistes du Goncourt ont confirmé leur présence, parmi les quelque 300 auteurs invités à ce rendez-vous littéraire.

Sur le même sujet
Plus d'actualité