La jeunesse de Mickey

 Les auteurs qui plongent avec délice dans l’absence de profondeur psychologique et personnelle de la célèbre souris.

La jeunesse de Mickey ©Prod

C’est un pari audacieux et étrange que se sont lancé Jacques Glénat et les éditions éponymes: obtenir de Disney l’autorisation de livrer une version personnelle des aventures de leur logo, AKA Mickey. Mais force est de constater que c’était une excellente idée! Car si, reconnaissons-le, il n’est pas le héros de BD le plus sexy, l’absence de profondeur psychologique et personnelle de la célèbre souris est devenue une source pour les auteurs, qui plongent avec délice dans ce grand vide pour le remplir de trésors, façonnant album après album une épaisseur à la création de Walt. Après les succès de Mickey “vu par” Cosey ou Trondheim et en attendant la version de Loisel, c’est l’auteur de Captain Biceps qui s’y colle, avec un Pépé Mickey qui se souvient du jeune temps. Et c’est magique: Tebo, en génie du découpage, du dialogue et des couleurs, s’en est donné à cœur joie. Mickey n’a jamais été aussi vivant.

*** Tebo. Glénat, 80 p.

La jeunesse de Mickey - Couv

Plus d'actualité