David Cronenberg: Crash sur la littérature

Dans la lignée de son film Crash, le cinéaste publie Consumés, un premier roman techno-sexe. Aventureux et moderne

illu_01_mosimm2

C’est un des premiers romans les plus étonnants, les plus modernes et les plus attirants de cette rentrée de janvier. Attirant parce qu’il est signé d’un auteur qui jouit déjà d’une indéniable aura artistique. Cinéaste fasciné par les dysfonctionnements humains dont il extrait et malaxe la poésie dérangeante, David Cronenberg rejoint les rives de la littérature, lui qui l’a souvent convoquée dans ses films. Lui qui a adapté William Burroughs (Le festin nu), J.G. Ballard (Crash) et plus récemment Don DeLillo (Cosmopolis). La filiation avec ces maîtres saute aux yeux à la lecture de Consumés, traduit huit ans après sa parution en anglais. Un livre dont le récit et les personnages ne sont pas sans rappeler également Brett Easton Ellis dans sa description d’un monde ultra-connecté où l’on aime faire bouger les limites de l’image, du sexe et des passions troubles.

Dans Consumés, on fait la connaissance de Naomi et Nathan, couple de journalistes globe-trotters, obsédés par les histoires glauques. Stimulés par une compétition qui flirte avec le macabre, Naomi et Nathan enquêtent. Elle, sur l’assassinat d’une philosophe dépecée et en partie mangée par son agresseur que l’on soupçonne être son époux. Lui, sur le médecin, un brin zinzin, qui a identifié la maladie de Roiphe qu’il a contractée en couchant avec une femme atteinte d’un cancer. Si ça, ce n’est pas du Cronenberg… Dans une ronde internationale qui voit les deux amants se poursuivre d’aéroport en aéroport, d’hôtel en hôtel – Paris, Budapest, Tokyo, Toronto -, on comprendra que les deux enquêtes se rapprochent dans une spirale hallucinante d’où se dégage leur goût pour l’esthétique morbide. Obsédés par les nouveautés high-tech et excités par les images-chocs (ils prennent des photos de la mort qui tue qu’ils proposent à des magazines chic), Naomi et Nathan pointent du doigt nos envies de voyeurisme et nos tentations les plus diffuses, notamment en matière de sexualité borderline. Un roman irradiant.

> CONSUMES, David Cronenberg, Gallimard, 372 p. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité