Svetlana Alexievitch décroche le prix Nobel de littérature

Journaliste et romancière, la Biélorusse voit son œuvre mise en lumière par le plus prestigieux des prix internationaux.

alexievich

Après Patrick Modiano, couronné (et très justement encensé) l’an dernier, l’Académie suédoise du prix Nobel couronne une auteure qui s’inscrit dans la tradition de l’engagement. Quelque part en littérature et politique, l’œuvre de Svetlana Alexievitch s’attache à décrire la réalité de l’URSS d’avant la chute. Elle a été préférée à l’Américain Philip Roth  et au Japonais Haruki Murakami (qui tous deux désespèrent un jour de décrocher la timbale du Nobel – souvent sélectionnés jamais satisfaits) « pour son œuvre polyphonique, mémorial de la souffrance et du courage à notre époque». Née en Ukrainen en 1948, Svetlana Alexievitch a publié « Les cercueils de zinc » (autour de la guerre en Afghanistan), «Ensorcelés par la mort» (sur les conséquences de la chute du communisme), «La supplication» (sur la catastrophe de Tchernobyl).

Plus d'actualité