Joël Dicker croise les doigts pour son nouveau best-seller

Ses admirateurs vont-ils suivre le héros de “La vérité sur l’affaire Harry Quebert” dans "Le livre des Baltimore". Wait and see.

dicker_reporters_12213588

Avec “La vérité sur l’affaire Harry Quebert », Joël Dicker, jeune romancier venu de nulle part (de Suisse en fait) est passé de l’anonymat à la célébrité – ce qui n’est pas pour l’embêter d’ailleurs. Le garçon est plutôt discret, muet sur sa vie privée, et avance profil bas dans un milieu où l’on n’a pas l’habitude de voir des beaux gosses faire de beaux scores. Sa jolie gueule et ses performances – trois millions d’exemplaires vendus – ont de quoi rendre jaloux… Pour ne laisser aucune miette du butin à quiconque, son éditeur – la maison de Fallois – a même créé une collection de poche pour y accueillir «La vérité sur l’affaire Harry Quebert» en petit format.
 
“Le livre des Baltimore », le nouveau roman de Dicker était donc – c’est le moins qu’on puisse dire – très attendu par ses admirateurs, ceux qui ont porté la bonne parole du livre et fait son succès – « Quoi? Tu n’as pas lu Harry Quebert? Mais tu dois, c’est géniaaal”. Ceux-là seront contents – ou déçus, selon leur degré d’exigence – de retrouver Marcus Goldman, héros du best-seller précédent. Est-ce une bonne idée de réactiver le personnage? Est-ce l’idée de Dicker? Est-ce l’idée de son éditeur?
 
Le livre, qui est un prequel à “Harry Quebert », remonte jusqu’à l’adolescence de Marcus au moment où il traverse une période de bonheur ultime grâce à ses cousins de Baltimore, Woody et Hillel. Marcus voue un vrai culte à sa tante et à son oncle, un avocat de renom, qui incarnent la réussite dans ce qu’elle a de plus humain et de bon. Et puis apparaît celle qui va mettre les trois garçons d’accord : oui, ils sont tous les trois amoureux d’elle. Pour éviter de mettre en danger le lien qui les unit, ils font le serment de ne pas sortir avec elle. Vœu qui sera brisé par Marcus…
 
La suite? On sait dès la première page que la famille a vécu un drame. Lequel? Dicker nous fait patienter – un peu trop du reste… Qui a fait quoi? Avec qui? Dicker met du temps à dévoiler la vérité dans ce page turner bien sympathique mais qui n’est que sympathique, n’évite pas les redites et les lourdeurs – surtout au début. On est quelque part entre la saga d’été sur TF1, le Club des cinq version série télé et la pub Ralph Lauren. On s’attache aux personnages, mais on n’est absolument pas bousculé par ce qui se raconte.
 
Le livre des Baltimore, Joël Dicker, Editions de Fallois, 476 p.

Sur le même sujet
Plus d'actualité