10 choses à savoir sur l’Empire des lumières de Magritte

L’empire des lumières, l’œuvre la plus célèbre de René Magritte est mise aux enchères à Londres chez Sotheby’s.  En dix points, petite histoire d’un grand tableau.

l'empire des lumières de magritte
L’empire des lumières de René Magritte. © BelgaImage

C’est l’un des tableaux les plus connus, sinon le plus connu, de Magritte et l’une des œuvres les plus célèbres de l’histoire de l’art moderne. Sauf que L’empire des lumières n’est pas un tableau mais une série de dix-sept! Les dix-sept variations de cette scène emblématique du style surréaliste de Magritte ont été réalisées entre 1949 et 1961 et mettent en scène une rue et une maison plongée dans l’obscurité de la nuit sous un magnifique ciel bleu piqué de nuages blancs. Le contraste de lumières et le décalage de temps ont fait la force de cette image onirique entrée, depuis, dans la pop culture.

Existe aussi en gouaches

Outre les dix-sept toiles réalisées à l’huile, il existe encore dix gouaches représentant la célèbre maison au réverbère. C’est donc le motif le plus souvent répété par l’artiste, celui qui s’est le mieux installé dans  la mémoire collective.

L’adresse du tableau

La maison représentée dans la composition se situait près du parc Josaphat dans la commune de Schaerbeek où le peintre a vécu à la rue des Mimosas de 1954 à sa mort en 1967.

L’ensemble jamais exposé

Éparpillée à travers le monde, dans les musées et les collections privées, la série des toiles et des gouaches n’a jamais été réunie et montrée dans son intégralité lors de la même exposition.

Dans les musées et les collections

L’empire des lumières figure parmi les collections du MoMa de New York et dans celles de la famille Samsung en Corée du Sud. Chez nous, L’empire des lumières est conservé au Musée Magritte de Bruxelles.

l'empire des lumières

L’empire des lumières de Magritte. © BelgaImage

Grosse production 

En 1954, Magritte exécute et livre quatre versions de L’empire des lumières et une gouache. Les dimensions de ces peintures ne sont jamais tout à fait les mêmes, l’artiste optant parfois pour le format vertical, d’autres fois pour l’horizontal.

Collectionneur célèbre

Collectionneur et spécialiste du surréalisme, Daniel Filipacchi, l’homme de médias qui a révolutionné la presse magazine dans les années 60, possède l’une des gouaches signées par Magritte.

Déjà vendu

Un des tableaux de la série a déjà été mis aux enchères chez Christie’s en 2017. Petit format, ancienne propriété de Rockfeller, il était alors estimé à 14 millions de dollars.

Encore vendu

La version mise aux enchères chez Sotheby’s date de 1961. Elle a été commandée à Magritte par la baronne Anne-Marie Gillion Crowet, fille de Pierre Crowet, collectionneur d’art. Elle est estimée à 60 millions de dollars (53 millions d’euros.)

L’album de Jackson Browne

Le tableau a inspiré le chanteur américain Jackson Browne qui, en 1974, publie un album – " Late For The Sky " – dont le visuel de la pochette reproduit le décor et l’ambiance imaginés par Magritte.

album de jackson brown

© DR

Le film L’exorciste

Le cinéaste américain William Friedkin dit s’être, lui aussi, basé sur la scène peinte par l’artiste belge pour concevoir une séquence du film L’exorciste ainsi que son affiche devenue objet iconique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité