L’armée du 1er empereur de Chine, huitième merveille du monde

L’armée en terre cuite du 1er empereur de Chine s’expose à Liège. Et raconte une des plus étonnantes découvertes archéologiques du 20e siècle.

Armée Terracotta ©Prod

Au printemps 1974, en creusant un puits, des agriculteurs chinois de la région de Xi’An, tombent sur des fragments de personnages en terre cuite et des pointes de flèches en bronze. Il s’agit de “l’armée Terracotta” protégeant la chambre funéraire de l’empereur Qin Shi Huang Di, située à 1,5 km de là. Deux ans plus tard, deux autres fosses sont découvertes à proximité et 8.000 guerriers, leurs armes et leurs chevaux, sont ainsi mis au jour. Cette découverte suscite un immense émoi tant en Chine que dans le monde entier. Aujourd’hui, le site, qui s’étend sur 56 km2 , n’a pas encore livré tous ses secrets. Des travaux s’y poursuivent. Depuis 1979 un musée y est ouvert. Il a déjà reçu plus de 50 millions de visiteurs. Souvent qualifié de huitième merveille du monde, le site fait désormais partie du patrimoine mondial de l’Unesco.

700.000 ouvriers

Pas l’occasion d’aller jusque-là ? Pas de problème. Un bel échantillon de cette “armée Terracotta” vient à nous à Liège. Soit 120 guerriers, grandeur nature (1m80 de haut, 200 kilos) et autant d’autres pièces (char, maquette d’attelages, armures, armes, reproduction d’un four, etc.), le tout complété de vidéos, de cartes, de textes explicatifs, de quiz pour les plus jeunes. De quoi prendre toute la mesure de ce que fut le travail réalisé dans ce chantier souterrain, durant 40 ans, entre 259 et 210 avant notre ère, par 700.000 ouvriers. Et ce uniquement pour que le “Premier Empereur”, celui à qui la Chine doit son nom, et aussi la construction de la non moins célèbre Grande Muraille, puisse perpétuer au-delà de la mort son pouvoir absolu. En s’arrangeant pour que ses possessions se retrouvent sous terre et sous la haute protection de combattants. 

Un monde inconnu

Attention pourtant… Dans cette expo itinérante accueillie à Liège par l’équipe d’Europa 50, conceptrice de Golden Sixties et de Salvador Dali, ce ne sont pas les originaux que l’on voit. Trop fragiles, trop précieux, ils ne peuvent pas être déplacés. Cependant, les reproductions proposées, façonnées à l’identique dans des ateliers spécialisés, avec la même argile que celui des anciens artisans, sont de très grande qualité et bénéficient d’un certificat de conformité délivré par le gouvernement chinois. Reste aussi qu’à travers cette expo, au final un peu courte, c’est tout un monde inconnu qui est mis en lumière : celui de la Chine antique, avec son organisation militaire, politique, sociale et ses goûts esthétiques raffinés. Pour mieux en profiter, l’audioguide, dont les commentaires sont aussi précis que variés, se révèle un précieux accompagnateur.  

Jusqu’au 23 avril, L’Armée Terracotta, Gare TGV– Liège Guillemins. Ouvert 7j/7.  Infos et e-tickets sur www.terracotta-liege.be

Plus d'actualité