Nos quatre coups de cœur à l’expo Harry Potter

Les vacances scolaires ont sonné. Les Moldus ont l’autorisation de déambuler dans l’école des sorciers, reconstituée à Brussels Expo. Blockbuster estival garanti pour fétichistes.

hagrids_hut

Après avoir trimballé ses cartons tout autour du globe, l’exposition made in Poudlard, présentée pour la première fois à Chicago en 2009, fait enfin halte au Palais 2 du Heysel. Au total, 1.400 m² y sont consacrés à l’univers des apprentis sorciers. On peut ainsi découvrir la chambre commune des Gryffondor, retrouver les vêtements d’Harry Potter dont on ne soupçonnait pas le nombre ni la variété, entrer dans la chaumière de Hagrid, voire observer le Vif d’Or, c’est-à-dire la balle dorée qui n’en fait qu’à sa tête lors des rencontres de Quidditch. Tout ça sans oublier le Choixpeau magique censé savoir ce que vous voulez et vous l’offrir sur un plateau d’argent.

Plus ludique que didactique, l’événement (il s’agit plus de cela que d’une simple expo) lorgne presque exclusivement du côté reconstitution de scènes et des décors, et vers un alignement impressionnant d’objets issus des réserves d’accessoires et de costumes ayant servi au film. Ce n’est pas ici que l’on approfondira sa connaissance des œuvres connexes de JK Rowling, qu’on lèvera le voile sur quelques secrets de fabrication, ou que l’on remettra la Pottermania dans le contexte historique et sociologique de ses différentes époques.

En sortant, boutique est inévitable. Et les prix pratiqués sont similaires à ceux affichés lors de l’escale parisienne de l’expo. L’écharpe de Gryffondor est à 22 €, la baguette en plastique de Ron Weasley à 43 € et 190 € le jeu de six. 10 € les lunettes rondes du héros. Ou 5 € le paquet de bonbons à goût de crotte de nez, de cannelle ou de vomi. L’investigation ayant ses limites, nous n’avons pas testé la comparaison avec notre propre version de ces produits…

 

La suite dans le Moustique du 6 juillet 2016

Sur le même sujet
Plus d'actualité