De l’Escaut au Bosphore

Temps fort d'Europalia, l'expo au MAS d'Anvers rapproche les eaux et les hommes.

illu_50_mosimm4

Là où se rencontrent la terre et l’eau, naissent des ports. Des lieux d’échange de biens et de rencontres. Des villes-mondes. Est-ce de là que vient la fascination exercée par les villes portuaires? C’est tout naturellement au Museum Aan de Stroom (MAS), musée amarré à un ancien quai anversois, qu’Europalia invite le public à explorer ce qui relie Istanbul, porte de l’Orient sur le Bosphore, à  Anvers, port mondial sur l’Escaut.

Parmi les précieux documents (cartes, gravures, sculptures, objets, maquettes, affiches…) convoqués pour raconter cette fabuleuse histoire, émergent quelques points forts. Comme cette maquette du pont destiné à relier la Corne d’Or au quartier de Galata et réalisée au départ d’une esquisse signée Léonard de Vinci, projet auquel ne crut pas le sultan Bayezid II et qui resta donc sans suite. Interpellant aussi cet échantillon de la lourde chaîne de fer barrant aux ennemis potentiels l’accès au port d’Istanbul à l’époque byzantine. Tout un volet est encore consacré aux découvertes archéologiques faites à Yenikapi, le plus ancien port d’Istanbul, actif entre les 4e et 11e siècles.

Bassins, grues, ferries, chantiers navals, tunnels, conteneurs, compagnies maritimes, que ce soit d’Anvers ou d’Istanbul, bénéficient au MAS d’un éclairage neuf, le plus impressionnant restant le regard porté par des artistes contemporains turcs, via de nombreuses vidéos et installations digitales de pointe, sur ce qu’un port peut représenter pour une ville. On y appréciera notamment ce face-à-face souriant, en grand format, d’hommes et de femmes, issus des deux villes en question, y pratiquant une série d’activités similaires, avec en arrière-plan, l’eau, toujours l’eau, comme lumineux et bienfaisant dénominateur commun. – P.N.

> ISTANBUL – ANVERS: DEUX PORTS. DEUX VILLES, jusqu’au 24/1/16. MAS, Anvers. www.mas.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité