L’homo faber 2015

A quoi ressemble l’homme au travail en 2015? Des artistes contemporains répondent à la question sur une dizaine de sites de la région du Centre. Un must de l’été.

files-fichier_4247-isaac-cordal-the-new-slavery-the-school-ph-a-breyer-02

Pour sa dixième édition, la Biennale ARTour, mettant chaque fois en scène des créations contemporaines dans des lieux patrimoniaux, a choisi la thématique du travail. Non pas le travail industriel tel qu’on l’associe le plus souvent à cette région du Centre (La Louvière, Mariemont, Bois-du-Luc…), mais celui de notre monde contemporain. Un monde de claviers, de corps rivés aux écrans, de stress, de frénésie productrice, de profit à tout prix. Sur ces aliénations de l’Homo Faber contemporain, les artistes posent un regard souvent critique, désabusé, voire humoristique ou cynique. Dans un programme d’une belle diversité, notre coup de cœur va à l’Ecomusée du Bois-du-Luc  et aux petits bonshommes de ciment ou de résine (The New Slavery, notre photo) créés par Isaac Cordal. Enfermés dans des tours de béton et des clapiers déshumanisés ou plantés devant un bureau vide, ils amusent d’abord, avant de générer une impression de malaise. Car qui ne s’y reconnaîtrait pas un peu? Déstabilisant également sur ce site, le Gisant monumental de Laurent Berbach, symbole manufacturé de ce qui reste quand les machines s’arrêtent. On profitera aussi d’ARTour pour découvrir le nouveau Centre Keramis à La Louvière dédié à la céramique contemporaine sur le lieu même où œuvraient jadis les célèbres usines Boch. L’élégante expo temporaire On Fire y évoque le feu, outil essentiel des céramistes. Le mieux pour réussir « son » ARTour: piocher dans le programme, où vous attendent pas mal de surprises. 

> BIENNALE ARTOUR 2015, jusqu’au 30/8. Programme complet et horaires: www.artour.be 

Sur le même sujet
Plus d'actualité