Respect, l’hommage à Aretha Franklin

Notre critique.

Photo du film Respect
Crédit photo: Universal Pictures

La “Lady of soul” (1942-2018), elle-même, avait désigné Jennifer Hudson de son vivant pour l’incarner dans un biopic. Premier long-métrage de la cinéaste sud-africaine Liesl Tommy, Respect (d’après le titre d’Otis Redding qu’Aretha Franklin transforma en manifeste féministe en 1967) célèbre la chanteuse soul avec un fil rouge clair: le respect. Consacré à l’ascension d’Aretha, de sa jeunesse dans la bourgeoisie noire de Memphis à sa consécration avec l’album gospel “Amazing Grace”, filmé en 1972 par Sydney Pollack et climax narratif du film, Respect montre comment celle qui débuta dans les églises sous l’égide de son père pasteur, fit partie de l’entourage proche de Martin Luther King, incarna (avec moins de douleur que son aînée Billie Holiday mais autant de force), la lutte pour les droits civiques des Noirs américains et la lutte pour trouver sa voix en tant que femme dans l’industrie de la musique. Un hommage respectueux donc, avec une interprétation souveraine de Jennifer Hudson.

Respect – ***

Affiche Respect

Réalisé par Liesl Tommy. Avec Jennifer Hudson, Forest Whitaker, Mary J. Blige – 145’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité