Adèle Haenel arrête le cinéma «pour dénoncer la complaisance du métier vis-à-vis des agresseurs sexuels»

L'actrice de "La Jeune Fille en Feu" a annoncé dans une lettre au vitriol qu'elle quittait le cinéma.

Adele Haenel avec Luc Dardenne au FIFF en 2016 – Belga

Désormais, on se lève et on se barre. Sous la plume de Virginie Despentes, le geste d'Adèle Haenel à la cérémonie des César 2020, alors que Roman Polanski venait d'être primé meilleur réalisateur, est devenu un geste politique. Voire plus. Adèle devenait une icône de la contestation à l'ordre établi par de vieux mâles blancs. Aujourd'hui, l'actrice de La Jeune Fille en Feu et 120 Battements par minute décide de tout arrêter. Elle quitte le milieu du cinéma définitivement.

Sa décision, elle la prend « pour dénoncer la complaisance généralisée du métier vis-à-vis des agresseurs sexuels et, plus généralement, la manière dont ce milieu collabore avec l’ordre mortifère écocide raciste du monde tel qu’il est », écrit-elle dans une lettre à Telerama.

« Disons-le clairement : alors que la biodiversité s’effondre, que la militarisation de l’Europe s’emballe, que la faim et la misère ne cessent de se répandre, quelle est cette obsession du monde du cinéma – collégialement réuni aux César, en promotion pour ses films – de vouloir rester “léger” ? De ne surtout parler de “rien” ».

« Je vous annule de mon monde »

Elle écrit encore, la plume comme une arme : « Face au monopole de la parole et des finances de la bourgeoisie, je n’ai pas d’autres armes que mon corps et mon intégrité. De la cancel culture au sens premier : vous avez l’argent, la force et toute la gloire, vous vous en gargarisez, mais vous ne m’aurez pas comme spectatrice. Je vous annule de mon monde ».

Adèle Haenel se lève et se barre. A 34 ans, elle était une des actrices les plus en vue du cinéma français - sa performance dans La Jeune Fille en Feu, notamment, avait été particulièrement remarquée. Quelques mois avant la cérémonie des César qui a vu triompher Polanski, elle avait accusé le réalisateur Christophe Ruggia d’« attouchements » et de « harcèlement sexuel » entre ses 12 à 15 ans dans une enquête réalisée par Mediapart. Un entretien courageux qui avait fait d'elle la porte-parole d'une génération qui devait renverser l'ordre établi du cinéma français. Mais le milieu en avait décidé autrement.

Dernièrement, Adèle s'était impliquée en politique, à gauche. On l'a notamment vue aux côtés des grévistes de la raffinerie de Gronfreville-l’Orcher. C'est vers la politique qu'elle se tourne, mais elle a néanmoins affirmé qu'elle continuerait à jouer au théâtre.

 

Débat
Sur le même sujet
Plus d'actualité