La guerre des Lulus, quelque part entre la grande vadrouille et Jojo Rabbit

La guerre des Lulus, une adaptation sympa des bandes dessinées, avec Alex Lutz et François Damiens.

Guerre des Lulus
© Prod.

Ancré à la frontière belge entre l’Aisne et la Somme, le nouveau film du Français Yann Samuell (Jeux d’enfants) est une “adaptation libre” des trois premiers ­épisodes (sur les douze que compte la série aujourd’hui) des bandes dessinées éponymes de Régis Hautière et Hardoc (Casterman), récits buissonniers de la Grande Guerre racontés depuis le point de vue de quatre orphelins (Ludwig, Lucien, Lucas et Luigi - auxquels s’ajoute la jeune Luce) soudain jetés derrière la ligne de front par une offensive allemande en 1914.

Quelque part entre La guerre des boutons, La grande vadrouille ou le plus moderne Jojo Rabbit, le film suit ce groupe d’enfants à la manière d’un conte initia­tique où l’on croise Alex Lutz en instituteur ou ­François Damiens en abbé - personnages symbo­liques d’un monde qui s’écroule. Mais pour le cinéaste, le personnage principal du film reste bien la Grande Guerre: “La Première Guerre mondiale a souvent été occultée par la Seconde, or à bien des égard elle a été plus cruelle. Les enfants ont été aux premières loges et je n’en cache rien. Ça a été la première guerre industrielle, décidée à des fins de partage de richesse, ça a été un moyen de museler les révolutions socialistes. C’est aussi la première fois qu’on fusillait les nôtres, la première fois que les officiers n’allaient pas au front mais envoyaient des paysans. Et puis ça a aussi été l’occasion d’une révolution féministe”. On dit donc oui à ce film qui raconte avec cœur la Grande Guerre à hauteur d’enfant.


** Réalisé par Yann Samuell. Avec Isabelle Carré, Alex Lutz, François Damiens, Ahmed Sylla - 119’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité