Pour James Cameron, le succès d'"Avatar 2" consacre le "retour" du cinéma après la pandémie

L'immense succès en salles d'"Avatar, la voie de l'eau", le deuxième volet de la saga de James Cameron dont les recettes approchent les deux milliards de dollars au box-office mondial, prouve que "le cinéma est de retour" après la pandémie, selon le réalisateur canadien.

Avatar 2
Pour James Cameron, les succès récents d’Avatar 2, Top Gun ou encore Spider Man, signent le retour du cinéma d’avant pandémie © Belga Image
"Nous avons eu un an pour voir que cette résurgence n'est pas un accident, ou juste un film", a expliqué le cinéaste à l'AFP jeudi à Los Angeles, en prenant en exemple d'autres long-métrages qui ont fait revenir les foules en salles aux Etats-Unis en 2022: "Top Gun: Maverick", "Black Panther: Wakanda Forever" et le dernier "Spider Man".
Avec ces succès populaires, auxquels s'ajoute le carton du nouvel "Avatar", "il y a une tendance", a jugé M. Cameron devant l'illustre Chinese Theater, où il a laissé ses empreintes lors d'une cérémonie  à Hollywood.
Treize ans après le premier volet, qui reste à ce jour le plus gros succès de l'histoire du cinéma avec 2,9 milliards de dollars de recettes, "Avatar: la voie de l'eau" semble marcher dans les pas de son prédécesseur.

A lire aussi: Avatar 2 : La Voie de l’eau, un spectacle éblouissant de près de 3h15

Cette fable sous-marine à grand spectacle, tournée en 3D, caracole en tête des billetteries américaines et est déjà le septième meilleur film de l'histoire au box-office mondial. De quoi revigorer un peu l'industrie du cinéma, à laquelle la concurrence du streaming et l'apathie suivant la pandémie avait donné des sueurs froides.
Aux Etats-Unis, environ 500 salles ont fermé depuis la pandémie selon la National Association of Theater Owners. Et Cineworld, le groupe britannique propriétaire de Regal Cinemas, la deuxième chaîne américaine de salles, est en pleine restructuration après avoir déposé le bilan cet automne.
Dans une industrie convalescente, le réalisateur de "Titanic" et "Terminator" reste intimement persuadé de la capacité d'adaptation du septième art. "Je pense que les films ne mourront jamais", insiste-t-il. "Comme culture et comme société, nous avons besoin de nous retrouver dans ces grands espaces, avec des centaines d'inconnus."

En toute sincérité

A 68 ans, le cinéaste reconnaît pourtant que les habitudes de sortie ont changé. Le deuxième volet subaquatique de sa saga, où les indigènes Na'vi, ces grands humanoïdes bleus vivant en harmonie avec leur planète Pandora, doivent lutter contre un nouvel envahisseur venu de l'espace, arrache partout les spectateurs au confort de leur canapé.
Mais le goût retrouvé du public pour le grand spectacle et le divertissement ne ruissellent pas pour autant vers le cinéma d'auteur ou indépendant. "Je décerne un certain type de films que les gens veulent aller voir au cinéma, et un autre type (de long-métrages) où ils n'iront pas", résume M. Cameron. En ce sens, "le streaming a une place très importante et très riche" à tenir pour la diversité de l'offre cinématographique, selon lui.
Sommet technologique, "Avatar 2" emmène la 3D vers de nouveaux horizons et permet au réalisateur, plongeur averti et végétalien, d'offrir une variation sur les thèmes de la saga: la protection de la nature, menacée par un impérialisme écocide.
Cette suite ne jouit pourtant pas du même succès d'estime.
Après un accueil partagé de la critique, le film est reparti bredouille des Golden Globes mardi, contrairement à son prédécesseur de 2009, qui avait raflé le prix du meilleur film et valu une statuette de meilleur réalisateur à M. Cameron.
Elle n'a pas non plus été nominée pour les récompenses remises par ses pairs du syndicat des réalisateurs américains (DGA).

A lire aussi: Golden Globes: du succès de Spielberg au revers de Lukas Dhont, voici le palmarès

"C'est la nature de l'art, on ne peut pas plaire à tout le monde", évacue le Canadien, qui assume le côté simple et universel de sa franchise, dont les deux prochains volets sont déjà en préparation. "Les critiques (...) pensent qu'une certaine forme de sincérité, où l'on met son cœur à nu, n'est pas assez sophistiquée, voire naïve", regrette le cinéaste. "Pour moi, c'est un point de vue pseudo-intellectuel." 
L'univers d'Avatar "parle à toutes les cultures du monde", se réjouit-il, en expliquant que le second volet "approche le statut de film le plus vu de l'histoire en Ukraine", envahie par la Russie comme peut l'être Pandora. "Cela veut dire que lorsque les missiles s'arrêtent et que le courant revient, les gens sortent au cinéma", souffle-t-il. "Donner de l'espoir à l'Ukraine, c'est ce qui fait que ce travail en vaut la peine, pas l'argent ou les récompenses."

Sur le même sujet
Plus d'actualité