Corsage, Devotion, Le Petit Piaf... Les films à ne pas manquer (ou à éviter) au cinéma

La rédaction a sélectionné pour vous les nouveaux films à ne pas manquer... ou à éviter cette semaine au cinéma.

corsage
© prod.

Corsage

Succédant à Romy Schneider, Vicky Krieps est grandiose dans Corsage, version féministe et rock de Sissi pour laquelle elle a remporté le prix de la meilleure actrice européenne. Le nouveau film de l'Autrichienne Marie Kreutzer s’attarde sur l’année des quarante ans de l’impératrice Élisabeth d’Autriche (1837-1898), une année de voyages et de désillusions libératrices. Un moment ponctué de poèmes désenchantés et de doigts d’honneur au protocole, dansant sur des chansons de Marianne Faithfull, dans une forme d’anachronisme rock qui rappelle Marie-Antoinette de Sofia Coppola.

À lire aussi : Vicky Krieps en Sissi l'Impératrice : «Corsage a été mon tournage le plus difficile»

**** Réalisé par Marie Kreutzer. Avec Vicky Krieps, Florian Teichtmeister – 113’

Devotion

L’Amérique de l’immédiat après-guerre est encore traumatisée par l’attaque sur Pearl Harbour. En 1950, la marine compte de nombreuses jeunes recrues passionnées par l’aviation mais qui n’ont jamais combattu. En pleine guerre froide, ces aviateurs vont être envoyés au charbon à la frontière entre la Chine et la Corée du Nord, dans l’une de ces opérations que les États-Unis qualifient d’“oubliées de l’Histoire”. Parmi les aviateurs qui vont connaître le baptême du feu: Tom Hubner et Jesse Leroy Brown, premier Afro-américain à avoir piloté dans la marine américaine.

Basé sur une histoire vraie, le troisième long-métrage de J.D. Dillard aborde à la fois le racisme dont Jesse Brown fut victime au sein des forces armées, son statut d’exemple aux yeux des Afro-américains bossant sur les porte-avions mais aussi, et peut-être surtout, l’esprit d’escouade qui unissait tous ces aviateurs, quitte à risquer sa peau pour sauver un camarade. Entre Top Gun et Buck Danny, Devotion rend hommage à ce héros qui a donné sa vie à 24 ans à peine.


*** Réalisé par J.D. Dillard. Avec Glen Powell, Jonathan Majors, Christina Jackson, Joe Jonas – 139’.

Le Petit Piaf

Tourné à La Réunion, le dernier né de Gérard Jugnot est l’histoire d’une rencontre entre un chanteur has been (Marc Lavoine) et un gamin qui adore chanter mais perd ses moyens devant un public. Or il souhaite participer à un concours et a besoin d’un coach. Dommage que ce Petit piaf ne décolle jamais réellement. Qu’il chante plutôt bien et dégage force sympathie ne suffit, hélas, pas à en faire un personnage de cinéma inoubliable.


** Réalisé par Gérard Jugnot. Avec Marc Lavoine, Soan Arhimann, Stéfi Celma – 95’. 

Le parfum vert

Ce troisième long-métrage de Nicolas Pariser dégage un petit parfum désuet qui n’est pas désagréable. Le récit se déroule de nos jours mais dans sa structure, son scénario et ses références (Alfred Hitchcock et… Raymond Macherot, créateur de BD belge!), Le parfum vert est d’un autre temps. Un comédien de la Comédie-Française est assassiné en pleine représentation. Il a juste le temps de glisser un mot à l’oreille d’un de ses partenaires. Le pauvre garçon devient immédiatement la cible de méchants (de l’Est de l’Europe évidemment) dont il tentera de déjouer les plans, épaulé par une autrice de bande dessinée plutôt téméraire. Dans Le parfum vert, le kitsch n’est jamais loin et les invraisemblances se comptent par dizaines. Mais, pour peu que l’on accepte de marcher dans le jeu de ces personnages attachants, on suit leurs aventures avec plaisir. Comme dans une bande dessinée belge!


** Réalisé par Nicolas Pariser. Avec Sandrine Kiberlain, Vincent Lacoste, Rüdiger Vogler – 101’.

I Wanna Dance With Somebody

Dix ans après la mort de la chanteuse américaine la plus récompensée au monde, et après le poignant documentaire Whitney (2018, de Kevin MacDonald), ce biopic écrit par le scénariste de Bohemian Rhapsody revient sur la tourmente et la grâce de la chanteuse iconique. Objet pour les fans, interprété avec ferveur par la Britannique Naomie Ackie, le film se regarde comme la trajectoire d’une artiste queer devenue petite chérie de l’Amérique et “première chanteuse noire à plaire aux Blancs”, peu à peu broyée par la rapacité de son entourage et ses propres démons, mais dont l’héritage artistique reste immense.


*** Réalisé par Kasi Lemmons. Avec Naomie Ackie, Stanley Tucci, Tamara Tunie – 146’. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité