Les huit montagnes de Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch : un film magique

Avec Les huit montagnes, prix du Jury à Cannes, adapté du chef-d’œuvre de Paolo Cognetti, Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch signent un film qui élève l’âme.

les huit montagnes
© Prod.

Pietro, un gamin de la ville, rencontre Bruno, le dernier enfant d’un petit village de montagne oublié de tous. Tout les sépare et pourtant ces deux-là vont grandir comme des ­frères. Comme la famille que l’on se choisit pour contrebalancer celle, forcément imparfaite, qui nous est donnée à la naissance. Devenus adultes, ils vont reconstruire une maison tombée en ruine pour en faire un refuge dans les sommets. Une manière pour eux de trouver un sens.

En découvrant le livre de Paolo Cognetti publié en 2016, une évidence s’impose à Felix Van ­Groeningen (La merditude des choses, Alabama ­Monroe) et à sa compagne, la comédienne Charlotte Vandermeersch: ils doivent en réaliser l’adaptation ensemble. “Il n’y a aucun cynisme dans cette histoire et j’avais besoin de ça, nous confie Felix Van ­Groeningen. Ça parle de questions essentielles, quand on a 30 ou 40 ans. Où va-t-on, d’où vient-on, qu’est-ce qu’on veut dans la vie? J’ai trouvé que c’était le bon moment pour moi. Comme réalisateur, j’ai dépassé quelque chose avec ce film. C’est tellement dur de faire du cinéma. Tellement long. On se demande parfois à quoi ça sert. Ce que j’ai appris sur ce tournage, c’est à lâcher prise, à accepter qu’on ne peut pas tout contrôler.” Même s’il est traversé par une quête existentielle et le rapport au père, on ne peut s’empêcher de voir leur film comme un hymne à un environnement naturel mis en danger par les ­bouleversements climatiques. “Quand on a commencé à penser au film, poursuit le réalisateur, on a rendu visite à Paolo Cognetti dans le Val d’Aoste. Il nous a présenté ses amis. Ça nous a plongés dans l’urgence écologique. Dans ces régions, on constate que le climat change d’une année à l’autre. On a senti une immense inquiétude chez ces gens-là. Et cela donne une touche mélancolique à notre film.

Récompensé par le prix du Jury à Cannes (avec Eo de Jerzy Skolimowski), Les huit montagnes est un film somptueux, magique et émouvant, qui invite à l’introspection et au temps long. Une expérience humaine qui a transformé Charlotte ­Vandermeersch en profondeur: “Cette expérience a été dingue pour moi qui n’avais fait que jouer la comédie. D’avoir été de l’autre côté de la caméra m’a fait comprendre mon métier d’actrice. J’ai davantage les pieds sur terre. La plus belle chose, ça a été de sentir le pouvoir de croire en quelque chose. Quand on fait un film, il faut y aller même s’il y a des doutes. Pour que toute l’équipe te suive. Pour faire quelque chose de beau”.

**** Réalisé par Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch. Avec Luca Marinelli, Alessandro Borghi - 147’

Sur le même sujet
Plus d'actualité