The Stranger, un film ultra-noir basé sur une histoire vraie

Avec The Stranger, Thomas M. Wright signe un film noir qui exacerbe toutes les caractéristiques du genre.

The Stranger
© Prod.

Pas très utile de résumer l’histoire. Ce n’est pas là que se situent les qualités principales du film. Juste dire qu’il y a des flics et un méchant. Un seul mais un vrai. Et qu’à mi-chemin, toutes les certitudes et les apparences se renversent comme si l’on était dans une voiture qui effectue un tête-à-queue. Basé sur une histoire vraie, deuxième long-métrage de l’Australien Thomas M. Wright, The Stranger a été présenté à Cannes cette année, dans la catégorie Un Certain Regard. Tout dans ce film transpire la noirceur. Celle des actes, des sentiments mais aussi des images, souvent filmées à contre-jour. Il pose surtout la question du mal et de la part qu’elle occupe, plus ou moins grande, au cœur de chacun de nous. Suffit-il, pour l’en extirper, d’“expirer l’air noir de l’intérieur”, comme le dit un des personnages du film? Méconnaissable, le Britannique Sean Harris (Solomon Lane dans Mission: Impossible) livre une composition fascinante, exerçant à l’écran à la fois répulsion et attirance. Un vrai python. Quant à Joel Edgerton (Boy Erased, The Underground Railroad), il incarne à la perfection celui que le python hypnotise.

*** Réalisé par Thomas M. Wright. Avec Joel Edgerton, Sean Harris, Steve Mouzakis - 117’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité