Maestro(s), un combat d’ego masculins entre père et fils

Au cœur d'un quiproquo dramatique, Pierre Arditi et Yvan Attal se partagent l'affiche de ce film.

pierre arditi
© Prod.

Les Dumar - père et fils - sont deux grands chefs d’orchestre. Lorsque le directeur de la Scala de Milan propose au père (Pierre Arditi) de re­prendre la direction, c’est au fils (Yvan Attal) qu’il voulait en réalité s’adresser - la faute à sa secrétaire. Le film de Bruno Chiche repose sur un combat d’ego masculins qui, s’il parvient à trouver une certaine tendresse derrière le quiproquo, nous est malheureusement présenté comme le seul combat légitime, sans recul social sur ses personnages. On reste bouche bée devant ce cinéma ultra-privilégié, où les femmes sont réduites au rôle de “femmes de”, présentes pour apprendre aux hommes à se comporter mieux. La tragi-comédie musicale attendue bascule souvent vers un grincement qui manque de générosité.

Retrouvez l'interview de Pierre Arditi dans notre magazine : “J’ai l’air sympathique” 


* Réalisé par Bruno Chiche. Avec Pierre Arditi, Yvan Attal - 87’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité