Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse : trois contes d’une grande beauté

Dans Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse, le père de Kirikou nous apprend à dire non.

le pharaon le sauvage et la princesse de Michel Ocelot
© Prod.

Michel Ocelot aime les contes et les cul­tures du monde. Sa filmographie en atteste, qui s’enrichit d’un film rassemblant trois contes se déroulant respectivement dans l’Égypte ancienne, l’Auvergne du Moyen Âge et le Maroc du XVIIIe siècle. Trois courts-métrages d’une grande beauté qui en disent long sur la philosophie de leur auteur. “Je pense qu’il faut briser ses chaînes, nous explique le cinéaste. Si c’est pas bien ici, il faut aller ailleurs. Si on vous ligote, il faut vous libérer. Dans toutes mes histoires, il y a des innocents qui ne veulent ni obéir ni se soumettre. C’est un lien entre ces trois histoires que je n’avais pas prévu.

Si Michel Ocelot a marqué des millions d’enfants grâce à Kirikou, il ne pense pas forcément à eux en écrivant ses films. “Dans l’esprit des gens, l’animation c’est pour les enfants. Je n’ai jamais fait de films pour les enfants. J’ai beau le dire, on ne m’entend pas! Aujourd’hui, ça reste difficile pour moi. Je ne suis pas à la mode. Il faut être hystérique et aller vite et je ne suis ni l’un ni l’autre, parce que je veux que le public comprenne et pense.” À partir de six-huit ans.


*** Réalisé par Michel Ocelot. Avec les voix d’Oscar Lesage, Aïssa Maïga – 83’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité