L’origine du mal, très beau thriller psychologique et malsain

Auprès de Jacques Weber, Laure Calamy est en quête d’identité et perdue dans ses mensonges dans L’origine du mal.

l'origine du mal
© Prod.

Stéphane (Laure Calamy) est ouvrière à la chaîne. Elle prend contact avec son père (Jacques Weber) qu’elle n’a jamais connu. Serge est à la tête d’une fortune colossale. Son épouse (Dominique Blanc, fantasque à souhait) et sa fille qui gère ses affaires depuis son AVC (Doria Tillier, froide comme une piqûre de vipère) voient la nouvelle venue d’un mauvais œil.

Pour les impressionner, Stéphane va s’inventer une vie de cheffe d’entreprise. Le premier d’une dangereuse série de mensonges. L’écriture de Sébastien Mar nier aborde la réalité par un bout de la lorgnette qui imprime à son cinéma un réalisme décalé. C’est ce qui faisait la force de L’heure de la sortie, c’est ce qui nimbe aussi ce thriller psychologique aux accents malsains et à l’humour amer, dans lequel aucun des personnages, sinon peut-être la petite-fille du patriarche, ne joue franc-jeu. Le scénariste et réalisateur ne joue pas tant avec nos nerfs qu’avec notre capacité à cerner les personnages dont il ne nous dévoile les diverses “couches” qu’avec parcimonie. Le jeu est d’autant plus plaisant qu’il est servi par une Laure Calamy aux multiples visages.

*** Réalisé par Sébastien Marnier. Avec Laure Calamy, Doria Tillier, Jacques Weber, Dominique Blanc – 125’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité