Rebel, Novembre, Le Sixième Enfant… Les films à ne pas manquer (ou à éviter) au cinéma

La rédaction a sélectionné pour vous les nouveaux films à ne pas manquer... ou à éviter cette semaine au cinéma.

Jean Dujardin dans Novembre
© Prod.

Rebel

Nassim vit avec sa mère à Molenbeek. Son grand frère Kamal est parti s’engager dans l’armée rebelle en Syrie. Ce que personne ne sait, c’est que Kamal a prêté allégeance à l’État islamique. Pour Nassim, ce frère est un héros. Une idée entretenue par un recruteur qui tente de le pousser à suivre le même chemin. Même s’il a presque valeur de témoignage, Rebel est un vrai film de cinéma. Un film historique, comme le clament Adil El Arbi et Bilall Fallah, qui empruntent la grammaire du film musical pour certaines scènes, sans jamais dénaturer leur propos. Ni leur récit qui se mue peu à peu en un drame shakespearien. Une claque.

Retrouvez notre interview d’Adil et Bilall dans notre nouveau numéro

** Réalisé par Adil El Arbi et Bilall Fallah avec Aboubakr Bensaihi, Lubna Azabal – 135’.

Novembre

Cédric Jimenez (La French, BAC Nord) utilise les codes du thriller et un casting 4 étoiles pour retracer les cinq jours d’enquête qui ont suivi les attentats de Paris. Ce qu’il montre, ce sont des êtres humains faillibles, mis sous une tension presque inhumaine pour tenter de retrouver deux terroristes qui se sont évaporés dans la nature. Le choc entre le souci d’une efficacité cinématographique et la gravité du sujet aurait pu déboucher sur un résultat aux intentions ambiguës. Mais tel n’est pas le cas. Le scénario trace sa route sans oublier que ces événements ont aussi fait des victimes dans la communauté musulmane.

Retrouvez notre rencontre avec Jean Dujardin et Cédric Jimenez dans notre nouveau numéro


** Réalisé par Cédric Jimenez avec Jean Dujardin, Anaïs Demoustier, Sandrine Kiberlain – 100’. 

Le Sixième Enfant

Sara Giraudeau? Elle nous surprend toujours. Qu’elle soit agent du Bureau des légendes ou fatale dans Médecin de nuit. D’abord discrète avec sa voix d’enfant pointue et son regard limpide, Sara Giraudeau influe peu à peu au premier long-métrage de Léopold Legrand cette “dose de douleur nécessaire” qui fait basculer le film du côté du bouleversement. L’écriture du Sixième enfant est subtile et déploie, selon les points de vue habilement articulés d’un quatuor de personnages issus de milieux opposés (deux couples en l’occurrence), l’histoire d’un échange d’enfant. Cet “impossible arrangement” comme le présente son réalisateur, Léopold Legrand, se noue entre Franck et Meriem qui vivent dans un camp nomade à Montfermeil (un haut lieu des Misérables, la fesque de Victor Hugo) et attendent leur sixième enfant non désiré, et Julien et Anna, avocats de la bonne bourgeoisie confrontés à la stérilité de leur couple. Le film met en scène ce pacte avec le diable qui s’engouffre à toute force dans la béance de la fracture sociale et les failles personnelles, laissant affleurer une sororité inattendue, au cœur du désastre.


*** Réalisé par Léopold Legrand. Avec Sara Giraudeau, Benjamin Lavernhe, Judith Chemla, Damien Bonnard – 92’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité