Trois mille ans à t’attendre, ode aux contes et aux histoires avec Tilda Swinton et Idris Elba

Avec Trois mille ans à t’attendre, George Miller signe une déclaration d’amour aux histoires.

Idris Elba dans Trois mille ans à t'attendre
© Prod.

George Miller est un cinéaste surprenant qui passe allègrement de Mad Max à Happy Feet. Son onzième long-métrage nous confirme ce goût pour voyager dans les genres puisqu’il adapte aujourd’hui un conte philosophique tiré du recueil de nouvelles The Djinn In The Nightingale’s Eye de A.S. Byatt. Le cinéaste avance masqué, nous faisant d’abord croire à une déclinaison contemporaine du conte de la lampe d’Aladin, alors que la rencontre entre Alithea (Tilda Swinton), conférencière spécialisée dans la narratologie, et un bon génie (Idris Elba) sorti d’un vase dans une chambre d’hôtel en Turquie débouche sur une ode aux histoires.

Car derrière la dimension “Mille et une nuits” du récit, Trois mille ans à t’attendre traite de l’importance et du poids des histoires dans le destin de l’humanité et souligne que sans elles, c’est la ­barbarie qui l’emporte. Grâce aux histoires, il est possible de croire à l’impossible et c’est cette croyance qui nous fait aller vers les autres.  Si son film est teinté de ­féerie, il n’en recèle pas moins une dimension politique. Et profondément humaniste.


*** Réalisé par George Miller. Avec Tilda Swinton, Idris Elba – 108’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité