Decision To Leave, le nouveau film sud-coréen événement?

Après Old Boy et Mademoiselle, le Sud-Coréen Park Chan-wook livre un film noir classieux et désaxé autour d’un policier attiré par sa principale suspecte.

Decision to leave
© Prod.

C’est un film qui avance par vagues successives, enroulé autour du mystère de sa propre enquête irrigué par plusieurs sources finissant par recouvrir ses personnages comme une marée profonde. Figure phare du cinéma sud-coréen, entre le flamboyant Bong Joon-ho (Parasite) et l’atmosphérique Hong Sang-soo, Park Chan-wook a déjà prouvé la ­virtuosité de son cinéma, du thriller Old Boy (2003) au somptueux conte érotique Mademoiselle (2016). Ancien critique de cinéma, il livre son onzième long-métrage, qui se regarde aussi dans les reflets du Vertigo culte d’Alfred Hitchcock, où un policier habitué des crimes violents et irrésolus enquête sur la mort d’un homme précipité du haut d’une montagne et dont la femme, une ­Chinoise qui officie comme garde-malade est la principale suspecte. Mais tel le James Stewart hitchcockien tombant amoureux de Kim Novak, le lieutenant Hae Joon ­chavire ici pour la jeune femme (l’actrice Tang Wei, révélée dans le sensuel Lust, Caution d’Ang Lee), dont l’allure et la silhouette l’obsèdent ­jusqu’à brouiller la lucidité de son enquête et l’équilibre de son propre couple. Amalgamant à l’hommage hitchcockien les réfé­rences de son propre cinéma, depuis une ancienne chanson coréenne, Mist (Brume) qui hante le film comme une ritournelle à l’atmosphère romantico-morbide qui (re)construit le crime sous nos yeux, Park Chan-wook se révèle un narrateur visuel exceptionnel, capable de plonger dans les endroits profonds où les êtres se brisent et s’ef­fondrent parfois. Jusqu’à l’ensevelissement.


*** Réalisé par Park Chan-wook. Avec Tang Wei, Park Hae-il, Go Kyung-pyo – 138’. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité