Coupez! de Michel Hazanavicius: une comédie désopilante

Remake d’un délire japonais, pas loin de la blague, Coupez! joue sur le kitsch des films de zombies. Et nous cueille dans autre chose qu’un simple film de zombies.

coupez
© Prod

Coupez!, c’est d’abord le remake d’une comédie horrifique japonaise intitulée Ne coupez pas!, un film de Shin’ichirô Ueda qui avait fait un triomphe auprès des spectateurs du BIFFF (le Festival du film fantastique de Bruxelles). “Quand on m’a proposé ce projet, je l’ai pris comme une chance… Une chance de pouvoir m’amuser et d’en faire quelque chose de très personnel”, nous explique Michel Hazanavicius. Dont acte… Remaniée par l’homme qui a fait OSS 117 et The Artist, cette nouvelle mouture à la française est tout aussi réjouissante que l’original, à condition de ne pas quitter prématurément la projection en tombant dans le piège tendu par le réalisateur!

Car les trente premières minutes, sous forme d’un long plan-séquence, donnent l’impression d’assister à la projection d’un bon gros vrai nanar. La mise en scène est inexistante, tous les comédiens évoluent en roue libre – à l’écran, c’est désorientant pour ne pas dire complètement nul. Mais une autre perspective vient éclairer les coulisses de ce tournage d’un film de zombies complètement foutraque. “C’est une bonne expérience pour le spectateur d’être amené à changer d’opinion sur ce qu’il pensait avoir vu, se réjouit le réalisateur malicieux. C’est une bonne expérience pour le spectateur d’avoir soudain plus d’empathie qu’il n’en avait au départ pour les personnages.” Michel Hazanavicius parle de son film comme s’il était content d’avoir joué un bon tour au public – et notamment au public cannois qui a été le premier à le découvrir. Dans ce film à la dimension ludique, les comédiens s’en donnent, eux aussi, à cœur joie dans un élan de pur délire qu’Hazanavicius signe d’un Z qui ne veut pas dire zéro.

*** Réalisé par Michel Hazanavicius. Avec Romain Duris, Bérénice Bejo… – 111′

Sur le même sujet
Plus d'actualité