Cinéma: y a-t-il des Belges dans la salle?

Face à une fréquentation clairsemée et des écrans monopolisés par Tom Cruise, le cinéma belge a été trois fois primé au Festival de Cannes. Les exploitants ­attendent un rebond... qui ne vient pas.

salle de cinéma
© Unsplash

Trois films belges – c’est beaucoup – étaient en compétition au dernier Festival de Cannes. Performance dans la performance, les trois ont été primés. Les huit montagnes de Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch a reçu le prix du jury. Tori et Lokita des ­frères Dardenne, le prix du 75e Festival et Close de Lukas Dhont, le grand prix du jury. De quoi épater la galerie au moment où les salles de cinéma peinent à attirer les clients et à retrouver le niveau de fréquentation d’avant l’épidémie. Alors que ces trois films ne sortiront qu’à la rentrée, et même si la situation semble s’être améliorée après Pâques, l’inquiétude du secteur est palpable. “Les trois premiers mois de l’année ont été difficiles parce qu’on travaillait encore avec des ­restrictions Covid et parce que les gens ont appris à rester chez eux en pratiquant le télétravail, commente Thierry Laermans, secrétaire général de la Fédération des cinémas de Belgique. Ensuite, ça va mieux – même si on ne retrouve pas le niveau de 2019. On constate que les gens reparlent de cinéma et reprennent le chemin des salles mais surtout pour voir les grosses productions, type Doctor Strange. C’est beaucoup plus difficile pour les petites productions.

À la concurrence des plateformes de streaming (plaques tournantes du divertissement bondées lors des confinements), il faut ajouter la flambée des prix de l’énergie et de l’alimentaire qui plonge les consommateurs dans l’incertitude et n’aide pas à stimuler l’achat d’un ou de plusieurs tickets de cinéma lorsqu’on veut sortir en famille. “En situation de crise, les loisirs deviennent un luxe, poursuit Thierry ­Laermans. Au cinéma, vous êtes accueillis dans le confort, avec la meilleure image et le meilleur son, mais c’est moins indispensable qu’une tartine ou de l’essence.” La situation est identique chez nos voisins français où Arnaud Vialle, exploitant d’un complexe de six salles a fait le buzz sur Twitter en dénonçant l’indifférence du Festival de Cannes face à l’effondrement des chiffres de fréquentation des cinémas. “Est-ce que nous devrions fermer tous nos cinémas et venir à Cannes?, écrit-il. Parce que franchement quatre-vingts entrées par jour pour six salles et dix-huit séances! Bref, je déprime seul dans mon cinéma climatisé.

Les statistiques

Avancés par Stabel, les chiffres de fréquentation des salles en 2020 (année de démarrage de l’épidémie de Covid et de fermeture des salles) affichaient 5,53 millions de spectateurs, soit une baisse de 72 % par rapport à l’année 2019. En 2018, ils étaient 19 millions à avoir acheté un ticket de cinéma. Au premier trimestre 2022, 1,3 million de Belges ont vu un film dans une salle Kinepolis.

Les plateformes

Netflix, Disney+, Amazon Prime, Apple TV… Les services de streaming ont profité des confinements pour attirer de nouveaux clients aux ­quatre coins du globe. Selon la Motion Picture Association, un Terrien sur six est abonné à une plateforme – soit 1,3 milliard de consommateurs. À noter toutefois, le recul de Netflix (221,6 millions d’abonnés) qui perd 200.000 abonnements au premier trimestre 2022.

Sur La Première, Pierre Lescure, président du Festival de Cannes, déclarait: “Les films qui sortent sur les plateformes restent moins dans l’histoire du cinéma parce qu’ils ont moins de rayonnement”.

L’espoir

Dans ce paysage plutôt nuageux, un film fend le ciel en lançant des signaux d’alerte – pour une fois – positifs. Top Gun: Maverick, diffusé sur un très grand nombre d’écrans et au centre de beaucoup de ­conversations, arrivera-t-il à sauver la saison des salles? “Top Gun nous fera du bien, explique Thierry Laermans, mais on vient de loin et on a essuyé énormément de pertes. Un film ne suffira pas, il faudra des aides. Ceci dit, c’est un très bon film avec des effets formidables, un film qui ramène beaucoup de spectateurs vers leur jeunesse.” Mais il en faudrait beaucoup plus pour ramener beaucoup plus de spectateurs vers les salles. Pourra-t-on compter sur les films belges couronnés à Cannes?

Sur le même sujet
Plus d'actualité