?> Close, "un film très personnel en hommage aux amis que j'ai perdus", confie Lukas Dhont - moustique.be
Search Menu

Close, " un film très personnel en hommage aux amis que j’ai perdus ", confie Lukas Dhont

Alors que son deuxième film "Close" a été ovationné pendant de longues minutes jeudi lors de sa projection en compétition au Festival de Cannes, Lukas Dhont s'est confié vendredi sur ce film sensible qui puise dans son propre passé et qu'il considère comme "un hommage" aux amis qu'il a perdus.

Le cast de Close

© Belga Image

Avec " Close ", le jeune prodige belge signe un film sur l’amitié et la responsabilité, avec, au cœur de l’histoire, Léo et Rémi, 13 ans, amis depuis toujours jusqu’à ce qu’un événement impensable les sépare.

Un hommage aux amis perdus 

Tout au long de la réalisation de son film, Lukas Dhont a eu en tête " de montrer une amitié physique, intime, fusionnelle entre deux garçons ", sujet encore trop rare à l’écran. " C’est un sujet très universel. Les amitiés sont des relations fondamentales dans notre vie (…). C’est pouvoir compter sur quelqu’un et être là pour quelqu’un. Moi, dans ma vie, cela m’a beaucoup blessé de perdre des amis. " " C’est un film très personnel et donc, le partager, c’est intense et très beau ", explique Lukas Dhont dans une interview accordée à l’agence de presse Belga.

Très solitaire étant enfant, le cinéaste explique n’avoir jamais su, dans sa jeunesse, se situer entre les filles et les garçons, dans son sentiment d’appartenance.  " A un certain moment, dans mon adolescence, beaucoup de garçons ont essayé d’être très proches de moi. Et, parce que j’avais peur des regards des autres, j’ai choisi de rester très distant (…) et c’est une blessure qui reste encore aujourd’hui ", dévoile-t-il. " Ce film est comme un hommage aux amis que j’ai perdus. Je me rends compte combien cela a dû être difficile pour eux. Quand tu es enfant ou adolescent, tu vis toutes les choses pour la première fois, avec ta perspective, et tu ne comprends pas encore complètement le monde autour de toi. Maintenant que je peux regarder les choses avec plus de cette distance, cela a créé en moi le désir d’en parler ", poursuit-il, avouant avoir en son temps longtemps ressenti de la culpabilité à l’égard des autres. " C’était un poids à porter. "

 En compétition face à d’autres Belges 

Révélé avec " Girl " en 2018, long métrage qui lui a valu quatre récompenses dont la prestigieuse Caméra d’Or, prix qui récompense le meilleur premier film toutes sections confondues, Lukas Dhont concourt cette fois pour la Palme d’or face à d’autres Belges: Charlotte Vandermeersch et Felix Van Groeningen pour " Les Huits Montagnes " et les frères Dardenne pour " Tori et Lokita ". " Mon premier job sur un plateau, c’était de faire le making of de ‘The Broken Circle Breakdown’ pour Felix. Il m’a laissé voir tout son processus, comment réaliser, comment diriger. C’est un ami. Je suis très fier de lui, de Charlotte, du film qu’ils ont fait ", souligne le jeune cinéaste. " Je me trouve très connecté avec leur film car il est différent et, en même temps, il parle d’amitié. Je me sens donc très connecté avec leur univers. Présent dans la salle lors de la projection en compétition de " Tori et Lokita " de Jean-Pierre et Luc Dardenne mardi, Lukas Dhont est revenu vendredi sur sa relation avec les frères et dit avoir souhaité être là pour les soutenir. " J’ai regardé leur cinéma quand j’étais à l’école. Ils m’ont aidé à découvrir quelle était ma perspective personnelle et comment la développer. "

Produit par Menuet, Diaphana Films, Topkapi Films et Versus Production, " Close " met en scène dans les rôles principaux deux jeunes recrues, Eden Dambrine et Gustav De Waele, ainsi que les actrices Émilie Dequenne et Léa Drucker.