Ce qu’il faudra surveiller au 75e Festival de Cannes

Après une annulation et un report, le Festival de Cannes reprend ses bonnes vieilles habitudes. Et parmi elles, la présence du cinéma belge.

festival de Cannes
© BelgaImage

Trois films belges en compétition

La situation est inédite: trois ­productions belges sont en lice pour la Palme d’or. La première, francophone, ne surprendra personne: il s’agit de Tori et Lokita, le prochain film des frères Dardenne, les champions de la Croisette. La deuxième, flamande, est une excellente surprise: Close, le deuxième film de Lukas Dhont qui avait brillé en 2018 avec Girl dans la sélection Un Certain Regard et avait décroché la caméra d’or. Enfin, Le otto montagne, réalisé par Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch, a été ajouté à la sélection officielle un peu plus tard.

Lukas Dhont

© BelgaImage

Le tapis rouge

Les stars fouleront à nouveau les marches du Palais des festivals. Mais qui sera de la partie? Encore difficile à dire mais vu la sélection, on peut attendre Tom Cruise et l’équipe de Top Gun: Maverick ou encore Tom Hanks et le casting du biopic Elvis, hors compétition. Dans les films qui concourent, on retrouve aussi Anne Hathaway, Kristen Stewart ou encore Anthony Hopkins et Omar Sy.

Top Gun

© Prod.

On prend les mêmes

Après une édition 2021 inhabituelle et très chargée, 2022 est l’année du retour aux sources. Beaucoup d’habitués ont rejoint la compétition. Outre les Dardenne, on notera Cristian Mungiu, James Gray, Hirokazu Kore-eda, Arnaud Desplechin, David Cronenberg et même Ethan Coen, mais sans son frère et hors concours. Une dizaine de films doivent encore être ajoutés.

Place aux jeunes

La compétition parallèle Un Certain Regard ne joue plus les “deuxièmes divisions” et se recentre sur les jeunes promesses. On parle notamment déjà beaucoup de Beast, le premier film de Riley Keough, petite-fille d’Elvis, remarquée comme actrice chez Soderbergh ou dans Zola, de Janicza Bravo.

© Prod

Au revoir président

Cette 75e édition du festival sera la dernière pour son président Pierre ­Lescure, pilier de la création de Canal+. Dès 2023, il sera remplacé pour la première fois par une femme: Iris Knobloch, ex-présidente de Warner Bros France et WarnerMedia. Un profil plus axé business…

président de Cannes

© BelgaImage

Où sont les femmes?

Lors de la première annonce de la sélection, elles n’étaient que trois réalisatrices en lice en compétition: Claire Denis, déjà palmée, Valeria Bruni Tedeschi, une autre habituée, et Kelly ­Reichardt. Mauvais genre, surtout quand on voit les nombreuses récom­penses décrochées par des femmes ces dernières années, dont la dernière palme d’or, et l’engagement paritaire pris par le festival en 2018. Un pas en avant a été fait avec l’ajout de quelques films dans la compétition, notamment les réalisations de la Française Léonor Seraille et de la Belge Charlotte Vandermeersch.

Renouvellement et évolution

Nouvelle présidente mais aussi ­nouveaux partenaires. Désormais la couverture télé du festival ne sera plus assurée par Canal+, mais bien par France Télévisions. De quoi espérer le retour d’un talk-show quotidien… C à vous à Cannes? À noter également, des partenariats avec le média Brut ainsi qu’avec l’application TikTok afin de toucher toutes les générations, mais aussi avec BMW pour une flotte de voi­tures 100 % électriques.

Sur le même sujet
Plus d'actualité