Sorties cinéma: Morbius, duel fratricide

Après Venom, le sombre Morbius propose un cocktail d’ADN mais aussi de références tous azimuts.

Morbius
© Prod

Le personnage fut créé en 1971. Il appartient, comme Venom, au côté obscur de l’univers de Spider-Man. Il était donc logique qu’après deux films consacrés à l’affreux symbiote à langue trop bien pendue, il ait enfin droit à son long-métrage à lui. Et c’est plutôt une bonne surprise. Jared Leto y interprète le docteur Michael Morbius, atteint depuis la naissance d’une maladie rare qui le condamne à court terme. Le but de ses recherches est de trouver un remède pour lui mais aussi pour Milo, son ami d’enfance, qui souffre de la même maladie. Après de nombreux échecs, il réussit à stabiliser un mélange entre ADN humain et ADN de chauve-souris qu’il s’inocule pour se transformer en un monstre assoiffé de sang et doté d’une force et de pouvoirs surhumains. Le combat intérieur que mène le bon docteur entre bien et mal n’est évidemment pas neuf mais prend de nouveaux reflets dans cette histoire qui rassemble une série de références glanées dans des univers très différents. Calquée en négatif sur l’histoire de Spider-Man, il y a dans le drame de Morbius quelques gouttes du Docteur Jekyll, un soupçon de Batman pour le côté chauve-souris mais aussi une pincée du combat fratricide que se livrent Ben Hur et Messala dans le célèbre péplum hollywoodien de 1959. Et c’est sans doute ce dernier aspect qui fait de ce Morbius un produit Marvel un peu différent des autres. Ça, et l’interprétation de Jared Leto qui, grâce à ce rôle et au Joker de Suicide Squad, est le seul acteur à avoir un pied chez Marvel, l’autre chez DC Comics.

** Réalisé par Daniel Espinosa. Avec Jared Leto, Matt Smith (XI), Adria Arjona, Jared Harris – 108′

Sur le même sujet
Plus d'actualité