Sorties cinéma: Aya, la perte de l’enfance

Réalisé par le jeune cinéaste Simon Coulibaly Gillard, Aya cache son véritable sujet derrière la perte du territoire.

Aya
© Prod

En choisissant de porter son regard sur le destin d’une jeune fille ivoirienne vivant dans un village de pêcheurs menacé par la montée des eaux dans le golfe de Guinée, le cinéaste basé à Bruxelles Simon Coulibaly Gillard dresse le portrait intérieur d’Aya (touchante Marie-Josée Kojora, quasi dans son propre rôle) dont le corps et l’esprit quittent peu à peu les rivages de l’enfance. Guettant chez elle l’irruption du désir, tout en documentant la vie des pêcheurs de l’île de Lahou, le film raconte une relation mère-fille ­vertueuse vue comme un vecteur d’émancipation, rappelant la belle sororité du film tchadien Lingui.


***Réalisé par Simon Coulibaly Gillard. Avec Marie-Josée Kojora, Patricia Egnabayou – 90’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité