Sorties cinéma: After Yang, humain, trop humain

Drame de science-fiction poétique et métaphysique, After Yang touche au cœur.

Colin Farrell dans After Yang
© Prod

Malgré son pitch (un père tente de réparer l’ami androïde de sa fille tombé en panne), After Yang n’a rien d’une fable de science-fiction. Il y est certes question d’androïde (ici de “technosapiens”), mais le film de l’artiste américain Kogonada (basé sur une nouvelle d’Alexander Weinstein) est avant tout un moyen de redéfinir les concepts de famille, d’origine et de deuil: tout est repensé et décomposé comme dans une psychanalyse qui n’aurait pas peur de poser les vraies questions.

Avec son casting impeccable et ses plans d’une ­élégance rare, Kogonada signe à coup sûr l’un des plus beaux films de ce début d’année. À l’instar de cette scène où Jake (Colin Farrell) évoque sa passion pour le thé avec Yang (Justin H. Min) avant d’en savourer les subtilités gustatives. Face à lui, l’androïde, qui n’est capable que de partager son savoir académique sur le sujet, découvre la tristesse et par là même son humanité.


*** Réalisé par Kogonada. Avec Colin Farrell, Jodie Turner-Smith, Justin H. Min – 96’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité