Oscars 2022: tous les gagnants et les moments forts de la cérémonie

Entre imprévus, émotion et grands moments musicaux, voici tout ce qu'il ne fallait pas rater de cette cérémonie des Oscars 2022.

Oscars 2022: tous les gagnants et les moments forts de la cérémonie
Ariana DeBose. (@AFP)

Le film CODA a triomphé aux Oscars dimanche avec la récompense suprême du meilleur long-métrage, mais aussi la récompense du meilleur acteur dans un second rôle pour Troy Kotsur, sourd de naissance, et du meilleur scénario.

Remake du film français La Famille Bélier d’Eric Lartigau (2014), CODA raconte l’histoire d’une famille sourde en difficulté. Des acteurs sourds jouent les rôles principaux. Son titre est l’acronyme de " Child of deaf adult " qui signifie littéralement " enfant entendant de parents sourds ".

L’acteur américain Troy Kotsur, sourd de naissance, avait au cours de la cérémonie déjà été sacré meilleur acteur dans un second rôle.

L’artiste âgé de 53 ans entre ainsi dans l’histoire en devenant le premier acteur masculin sourd à remporter un Oscar grâce à ce rôle, tout en humour et sensibilité, de père de famille grognon mais aimant dans CODA.

La réalisatrice Sian Heder a aussi remporté l’Oscar du meilleur scénario adapté.

La victoire de ce film adapté du succès français La Famille Bélier permet à Apple TV+ de devenir la première plateforme de streaming à l’emporter aux Oscars dans la catégorie phare du meilleur long-métrage.

Ce film à petit budget a défié d’autres grandes pointures, alors que The Power of the Dog et Belfast s’affrontaient aussi pour la récompense suprême du meilleur long-métrage.

Meilleure réalisatrice, meilleur scénario

Mais la cinéaste néo-zélandaise Jane Campion a tout de même reçu l’Oscar du meilleur réalisateur pour The Power of the Dog, devenant la troisième femme à être distinguée par cette récompense prestigieuse, un an seulement après Chloé Zhao.

La pionnière dans cette catégorie était Kathryn Bigelow, pour Démineurs, en 2010. Jane Campion avait déjà été récompensée en 1994 par l’Oscar du meilleur scénario adapté pour La leçon de piano.

La réalisatrice et son œuvre avaient déjà été sacrés lors des Golden Globes en janvier.

Belfast, de Kenneth Brannagh, a, lui, tout de même reçu la statuette du meilleur scénario original.

Une cérémonie riche en émotions

En plus de la gifle de Will Smith à l’humoriste Chris Rock, avant d’être récompensé meilleur acteur, La 94e cérémonie des Oscars a eu ses moments forts dimanche soir, notamment lorsque le sujet de la guerre a été abordé.

(@AFP)

C’était l’une des questions qui se posaient aux organisateurs: comment ne pas ignorer le drame de la guerre en Ukraine? Amy Schumer avait proposé que le président ukrainien Volodymyr Zelensky prenne la parole durant la soirée. Mais visiblement, il avait été décidé de ne pas trop en faire. Au milieu de la cérémonie, une sobre minute de silence a été demandée, pendant qu’étaient diffusés des messages appelant les téléspectateurs à participer à l’aide humanitaire.

Président Biden, ramenez à la maison Brittney Griner ", la star du basket-ball américain détenue depuis plus d’un mois en Russie, a aussi lancé le producteur Ben Proudfoot en recevant l’Oscar du meilleur court documentaire pour The Queen of Basket-ball.

La soirée a peu versé dans la politique, malgré quelques traits d’ironie sur la place des femmes dans le cinéma lancées par Amy Schumer en ouverture. " Cette année, l’Académie a embauché trois femmes pour présenter la soirée, car c’est toujours moins cher qu’un homme ", a-t-elle plaisanté, entouré de ses deux camarades de jeu, Regina Hall et Wanda Sykes.

Une soirée en musique, conclue par Liza Minnelli

Tout un symbole: ce sont les soeurs et stars américaines du tennis Serena et Venus Williams, au coeur du film La méthode Williams, qui ont introduit Beyoncé pour lancer la soirée. Puis, la méga star a interprété Be alive, la chanson du film, dans un décor 100% vert pomme, depuis des terrains de tennis à Compton, en banlieue de Los Angeles, la ville où les soeurs Williams s’entraînaient jeunes.

A une semaine des Grammy Awards, la soirée a fait la part belle à la musique, entre Beyoncé, Billie Eilish, mais aussi Megan Thee Stallion, qui a enflammé la salle avec le tube viral d’Encanto, We don’t talk about Bruno.

Et c’est une autre voix légendaire, celle de l’actrice et chanteuse Liza Minnelli, qui a conclu la soirée avec Lady Gaga pour remettre l’Oscar du meilleur film, récompense suprême, à CODA. Une séquence émouvante: diminuée et en chaise roulante, Minnelli, 76 ans, est apparue tout sourire: " je suis si heureuse d’être là ".

Une deuxième statuette pour Anita de West Side Story

Il y a soixante ans, la légendaire Rita Moreno remportait l’Oscar du meilleur second rôle féminin pour son incarnation de l’explosive Anita dans le film musical West Side Story. Chose rare dimanche soir, Ariana DeBose a reçu l’Oscar de la même catégorie pour le même rôle, dans le remake de Steven Spielberg.

L’actrice de 31 ans, originaire de Porto Rico comme Rita Moreno, a rendu hommage à sa prédécesseure, 90 ans, qui l’applaudissait dans la salle. " Votre Anita a ouvert la voie à des milliers d’Anita comme moi ", a-t-elle lancé, en référence au personnage d’immigrée portoricaine qu’elles ont toutes deux incarné.

Les autres lauréats

Dans les principales catégories, on notera aussi :

Meilleure actrice: Jessica Chastain, Dans les yeux de Tammy Faye

Meilleur film international: Drive my car (Japon)

Meilleur film d’animation: Encanto

Meilleur documentaire: Summer of Soul

Sur le même sujet
Plus d'actualité