Sorties cinéma: Un autre monde, la détresse du cadre sup

Avec Un autre monde, Stéphane Brizé clôture une trilogie sur le travail débutée avec La loi du marché, toujours avec Vincent Lindon.

Vincent Lindon dans Un autre monde
© Prod

De film en film, Stéphane Brizé construit la figure de Lindon-travailleur au cinéma, qu’il soit chômeur longue durée confronté au ­travail précaire dans La loi du marché (qui valut un prix d’interprétation cannois à l’acteur en 2015), ouvrier syndiqué jusqu’au-boutiste dans En guerre (2018) ou ici, à un autre bout de l’échelle, patron en plein divorce forcé d’appliquer un plan social dans son groupe.

Si le cinéaste se défend d’avoir une “méthode Brizé” pour représenter le travail comme sujet de fiction, il reconnaît des similitudes entre les personnages campés par Lindon, ici en costume-cravate face à son ex-femme (Sandrine Kiberlain) et leur fils problématique (Anthony Bajon): “J’ai filmé Vincent trois fois travailleur à différents endroits du système. Ce qui m’a intéressé, c’est de remarquer que les mêmes questions éthiques se posent à différents endroits de l’échelle sociale. Ces hommes sont ­traversés par des questions très proches qui remettent en cause leur humanité. J’avais envie de faire le contrechamp, car la souffrance sociale est partagée très largement par ceux qui portent l’injonction”, nous a confié le cinéaste. Âpre et tendu dans les scènes de groupe comme les scènes intimes où les personnages sont sans cesse menacés d’effondrement, le film s’est construit à partir de témoignages qui disent l’ultra-solitude du cadre contemporain et la porosité entre vie professionnelle et vie privée. Il en ressort, en creux de l’amour qui a pu lier le couple Lindon-Kiberlain (ils furent les héros de Mademoiselle Chambon du même cinéaste et sont dans la vie les parents de Suzanne Lindon), une mélancolie particulière et la description d’un système brutal qui broie les êtres et se refuse l’essentiel.


*** Réalisé par Stéphane Brizé. Avec Vincent Lindon, Sandrine Kiberlain, Marie Drucker – 96’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité